Billets pour la catégorie 2021 :

Des nouvelles de ma doctoresse

— Quatre semaines de vacances, ça fait du bien! Je ne prendrai plus que quatre semaines. Et puis quel bonheur de revenir au travail, de retrouver ses patients… Il n'y a plus beaucoup de Covid hospitalisés, la situation est quasi normale.

— L'ivermectine… je ne sais pas ce qui s'est passé, mais à l'origine, on l'utilisait. Dans les cas de Covid aigu, on donnait beaucoup de cortisone, et la cortisone baisse les défenses immunitaires. Or on a tous des parasites dormants qui pourraient en profiter. Alors avant de donner de la cortisone, on vermifugeait les patients. Je ne sais pas comment c'est parti, mais je suppose que ça vient de là.

— Nous, ce qui nous intéresse, ce ne sont pas les cas de covid sur personnes vaccinées, ce sont les cas de Covid graves sur personnes vaccinées. Sur ceux-là on collecte un maximum de données. En général ce sont des personnes affaiblies, soit très âgées, soit traitées par chimio, immuno-déprimées, etc. Les vaccins ARN ont prouvé leur supériorité.

— Janssen France n'a plus de nouvelles de Janssen monde. Plus rien. Ils nous ont dit que ceux qui recevraient un autre vaccin que Janssen seraient sortis de l'étude. Mais nous, nous ne voulons pas attendre.

— On nous dit «mais alors, tout ça n'a servi à rien». Mais tout les pays n'ont pas les moyens d'avoir des frigos à -80°. Les gens ne se rendent pas compte. Ça fait toujours ça.
Et ainsi s'évanouit le complotisme anti-pauvre à qui on refilerait les "mauvais" vaccins: il s'agit hélas "simplement" de contraintes d'infrastructure.

— Eh bien au revoir. Il est probable que nous ne nous reverrons pas.
— Je le regrette. Je vous aurais volontiers choisie en médecin traitant.

*****

A partir d'aujourd'hui les soignants (médecins, infirmières, mais aussi personnes qui s'occupent des personnes âgées) doivent être vaccinés. Si vous voulez dans un premier temps sourire, dans un second temps réfléchir, je vous conseille de lire ce thread d'un médecin neurologue en hôpital.

Deux sinon rien

J'ai reçu un coup de fil de Saint-Antoine: les autorités sanitaires conseillent d'injecter une dose de vaccin ARNm à ceux qui ont reçu du Janssen. Rendez-vous mercredi.

Dimanche

Réveillée avec le soleil. Pour je ne sais trop quelle raison je regarde mon téléphone (c'est rare que je le fasse au réveil) et me perds dans un blog qui m’apprend du vocabulaire: un brocialiste, une fémonationaliste, une TERF. J’ai beaucoup de mal avec ce genre de blog car je me demande toujours s’ils sont à prendre au premier degré ou s’ils sont parodiques. En l’occurrence, celui-ci me paraît réellement défendre les femmes, les personnes non blanches (non caucasiennes, racisées), les transgenres.
Le moins que l’on puisse dire est que je ne m’y prendrais pas de la même façon. Mais bon, pourquoi pas. Si chacun agit à sa manière pour défendre une même cause, on peut supposer qu’à terme, la cause avance. (L’archétype ici est le débat gay/drag queen: les drag queen nuisent-elles (ont-elles nui, à la grande époque où tout était à défendre, tout était à construire) à la cause gay? Aujourd’hui il est possible de répondre: non. Elles leur donnent de la visibilité.)

Rendormie, réveillée à 10h30, juste à temps pour manger mes croissants, lancer le lave-vaisselle (pas lancé la veille au soir car dans un volume sans mur, tout s’entend), laver à la main les verres fragiles, faire un brin de causette, enfiler une paire de boucle d’oreilles et nous voilà partis pour le bon restaurant de Moret (par opposition aux restaurants à la bonne franquette).
Repas agréable en terrasse terni par… la chaleur (! qui l'eut cru cet été?) qui devient lentement insupportable.

Retour. Nous n'irons pas marcher le long du Loing, hier l'orage, aujourd'hui le soleil, nous en auront empêchés.

Départ des Bostoniens. Ils reviendront sans doute avant que nous allions les voir; dans ma programmation en grande masse nous retournerons aux Etats-Unis dans deux ans (mais bon, rien ne se passe jamais comme prévu).

Coup de téléphone à ma fille, la seule non vaccinée de la famille (j'ai honte): elle ne veut pas de l'ARN messager. Nous l'informons qu'il reste à sa disposition deux vaccins plus traditionnels: Janssen et Astrazeneca.

Je m'abonne à Véligo, l'abri vélo protégé, même si je trouve fort de café que l'abonnement au parking pour ma voiture soit gratuit mais celui pour mon vélo payant.

Le soir, un mail automatique de réponse m'apprend que ma prof de grec est toujours en arrêt maladie. Elle est arrêtée depuis janvier, c'est inquiétant.

Journée peu glorieuse

Abominablement traîné sur Twitter toute la journée, tout ça parce que je ne sais pas trop comment présenter des résultats pour une réunion lundi matin.

Bref, je vais devoir travailler ce week-end. Quelle malédiction me pousse ainsi à ne pas travailler au bureau pour travailler sur mon temps libre? (Si au. moins j’avais blogué… mais même pas.)


J’écris cela dans le train du retour, sur l’ancien iPod pro de H., que H. m’a équipé d’un clavier. Il me prédit que cela va remplacer mon MacbookAir dans mon cœur mais j’ai du mal à y croire, d’une par parce que j’aime les ordinateurs (et pas les tablettes), d’autre part parce que l’ensemble tablette+clavier est lourd.

On pourra épiloguer sur la nécessité d’avoir les deux: aucune et j’ai vaguement honte de cette débauche de moyens. H. s’est acheté le nouvel iPad Pro (il l’attendait avec impatience) et m’a donné son ancien, tout en recyclant mon ancien (qui déjà était un ancien à lui) auprès de mon père. La famille applique à ses Mac la stratégie des dominos.
Il est impossible de dire non puisque ça part d'un bon mouvement, que H. est heureux de me donner le meilleur matériel — même si je n'en ai pas besoin.

Vingt jours d'absence

Vingt jours de différence, désormais il fait nuit. J'imagine la terre tourner autour du soleil tourner dans la Voie lactée tourner dans… Je n'ai pas envie de l'hiver.

Photo le 9 août à 6h09 (un jour où le train avait du retard, un jour où le ciel était clair, ce qui n'est pas arrivé si souvent — d'où la photo ce jour là d'ailleurs) et photo de ce matin à 5h52 (train à l'heure).

gare Moret/Loing le 6 août à 6h09 gare Moret/Loing le 31 août à 6h09

Reprise

Journée à Vincennes, que je découvre pour la première fois dans une configuration quasi normale : jusqu'ici, c'était soit confinement, soit couvre-feu, soit vacances d'été.


Le soir, de nouveau, guinguette.


19h33


La mystérieuse affaire des toasts

Ce matin, après mon essai convaincant au petit déjeuner hier, je reprends des petites barquettes de pâté de foie (comme des marquettes de confiture) et m'apprête à me faire griller des toasts dans le grille-pain laissé à notre disposition.

Las, deux toasts sont déjà en train de griller.
J'attends, debout devant le grille-pain, dans un angle de la salle du petit déjeuner, pas exposée puisque dans un angle mais cependant visible puisque debout.
J'attends, c'est un peu embarrassant.
Les toasts sautent. Personne ne vient les chercher.
J'attends.
J'attends.

Que faire? Les mettre de côté sur une petite assiette et m'en mettre à griller?
Mais ils vont refroidir.
Les prendre et les remplacer par d'autres dans le grille-pain?
J'attends.
Personne ne vient les chercher.

Je les prends et en mets d'autres à griller. Je vais me rassoir et commence à ouvrir mon pâté de foie.
Un client de l'hôtel, un jeune Asiatique, s'approche du grille-pain, constate que ses toasts sont encore en train de griller et, perplexe, retourne s'assoir.
H. revient: «Je vais te dire quelque chose, j'ai un peu honte, ne te moque pas». Je raconte.
— Quoi, tu lui as volé son pain ?
— Mais non, je l'ai remplacé !
— Mais pourquoi tu n'as pas mis les toasts sur le côté ?
— Mais ils auraient été froids, je lui ai rendu service !

Il me regarde entre désespoir et fou rire. Entretemps le deuxième jeu de toasts saute du grille-pain.
— Qu'est-ce que je fais maintenant? Je les lui apporte?
— Mange tes toasts et arrête tes bêtises.
Je mange. Le client ne vient pas. Il est plus loin, en train d'éventrer un croissant pour le beurrer. Il me faut d'autres toasts, j'ai fini les deux premiers. Les mêmes questions se reposent, prendre les grillés pour les manger ou les mettre sur le côté? — à cela près que je sais désormais qui attend les toasts.

Il me faut des toasts. Je ne vais pas attendre que le client vienne chercher ceux-là et libère le grille-pain pour que je puisse en mettre d'autres à griller. Tant pis, je mets les deux toasts chauds sur une assiette et les apporte à l'Asiatique.
Il relève la tête, surpris, fait signe que non, ce n'est pas pour lui, il n'en veut pas.
Il se remet à son croissant.
Je regagne ma place en me demandant ce qui vient de se passer.

Je prends H. à témoin: «tu l'as bien vu tout à l'heure venir vérifier si les toasts étaient sortis du grille-pain?
— Oui, et surtout, quand je suis arrivé avant toi, je l'ai vu mettre les premiers toasts dans le grille-pain.

Que s'est-il passé? A-t-il oublié, l'ai-je intimidé?

J'ai mangé le deuxième jeu de toasts.

Pré-départ

Rangement, draps propres, repassage, valises — ou plutôt sacs, dans l’espoir de ne pas les mettre dans la soute.

J’emmène mon petit mac, celui qui m’a servi fidèlement de 2012 à 2020. Il faut que j’en retrouve le chargeur, que je vérifie qu’il charge encore (sa batterie peine), que je transfère quelques photos récentes au cas où je veuille m'en servir: toujours cet espoir d’avoir le temps de bloguer, espoir souvent déçu, pas le temps, pas l’envie, trop sommeil, trop de FB…

J’emmène un guide touristique de Vienne acheté en avril 2006 (c'est noté sur la première page. Ce doit être l’époque où nous avons fait un voyage en voiture sans dépasser Salzbourg: je devais avoir l’intention d’atteindre Vienne, je suppose). Parce que je le feuillette et vois une allusion à la dame blanche des Habsbourg, j'emporte aussi le livre du même titre1 dans mes bagages (vœu pieux, acte vain: jamais je n’ai le temps de lire en vacances).

Repassage devant le troisième épisode de The Good Fight saison 4. Valises. Nous laissons la voiture au parking de Veneux. Ligne R, RER A, RER B, de nouveau Citizen M, mais celui de Roissy cette fois.

Très bon dîner sur place.
Nous sommes officiellement en vacances.

Note
1 : La dame blanche des Habsbourg de Paul Morand

Dernière sortie

Dernier matin, ramassage des affaires éparpillées dans la chambre, tri, j'ai perdu une chaussette, plus qu'à espérer qu'une des trois filles la retrouve dans ses affaires dans la semaine.
Vaisselle, balayage, «de toute façon nous allons tout désinfecter» nous dit gentiment la propriétaire (quel travail). Nous avions fourni un test ou un certificat de vaccination avant de venir, trois jours sans penser au Covid, inespéré.

Dernière sortie en huit avec plusieurs départs lancés.



C'est équilibré, plus de roulis, bonheur. J'aurais bien fait un troisième tour mais il faut rentrer, le traiteur va arriver avec les plateaux.
Démontage des bateaux, nettoyage, chargement de la remorque, douche, dernier plateaux repas, dernière vaisselle, départ avant trois heures.

Arrivée, déchargement, remontage des bateaux, rangement des pelles, de la remorque.

H. passe me chercher vers huit heures, nous allons dîner au K. — sans doute pour la dernière fois car H. est déçu par son plat.

Dans la boîte à livres de Samois, quelqu’un s’est débarrassé de livres à connotation théologique. Je récupère La Bible dévoilée (que j’ai lu pendant mes années d’études), La Route antique des hommes pervers et La Pharisienne de Mauriac.

En rentrant je lance et étends une machine: dommage qu’il ne fasse pas plus chaud, je voudrais récupérer une robe légère pour demain, il faut qu'elle sèche dans la nuit.

Troisième jour

Afin de tenter de ramer à la fraîche, nous avons avancé l'heure de départ… d'un quart d'heure. Cependant, comme par ailleurs le soleil est voilé, il fait un ou deux degrés de moins.

Chaque jour avant de quitter le gîte JP nous donne «la compo», c'est-à-dire dans quel bateau nous allons ramer et avec qui. Certains sont déçus et le cachent plus ou moins bien. Je m'attendais à ramer dans le quatre de couple après mon petit tour en skiff hier, mais je suis à nouveau en huit, les trois hommes au centre, Fleur et Clarisse déchargées des fonctions de nage.
L'ehpad est de sortie!
L'anecdote est en passe de devenir proverbiale.

Retour au gîte, plateau-déjeuner, tour de table sur nos impressions, Pascal nous confie sa surprise devant nos progrès: «je ne pensais pas voir autant de différences en trois jours».
Avouons qu'il ne nous tient pas en très haute estime: il a entraîné le bataillon de Joinville, nous sommes âgés (relativement!) et amateurs, je me demande pourquoi il a accepté de venir: pour le défi? parce qu'il s'ennuyait? Il était prévu de nous filmer, de commenter les vidéos, les défauts: sans explication, cela n'est pas le cas. Pascal trouve-t-il humiliant de souligner les défauts d’un rameur devant tous, a-t-il eu de mauvaises expériences (comme l'a laissée entendre une remarque hier)? Sur l'eau, il ne donne que des indications générales, des principes, rarement il reprend un rameur en particulier.

Au café, à ma surprise et mon certain embarras, il se lance dans le récit de la décadence du club de Marly: second club français dans les années 80, les relations amoureuses entre un entraîneur et une cadette (c'est-à-dire une mineure) ont fait exploser le club, les membres du comité directeur prenant parti pour ou contre cet entraîneur jusqu'à tous démissionner.
Le club a alors basculé davantage vers le loisir que la compétition et n'a jamais retrouvé son éclat, car, Pascal en est persuadé, un club d'aviron vit autour de la compétition.
Un membre du comité directeur de l'ANFA prend alors la parole: le comité directeur de notre club va sans doute être profondément renouvelé dans l'année qui vient, il s'agit pour nous de savoir ce que nous voulons faire du club, continuer dans la compétition (avec tout ce que cela implique d'investissement en matériel et spécialisation de certains bateaux) ou devenir davantage un club destiné aux loisirs (sachant qu'il y a deux sortes de rameurs loisirs, les loisirs engagés comme nous, et les loisirs touristes qui viennent consommer deux ou trois heures de grand air par semaine (ce qui est tout à fait concevable tant qu'ils prennent soin du matériel)).

C'est donc cela qui est en jeu, tout s'éclaire. Il s'agit de nous exposer les décisions que nous allons devoir prendre bientôt.
Je comprends mieux une conversation que j'ai eue mercredi dernier.
Elle portait sur l'idée que les jeunes, les mineurs, puissent ramer en section loisir. Ce n'est pas que ce soit impossible aujourd'hui (rien ne l'interdit), mais ce n'est pas prévu: un adolescent qui se présente à un club d'aviron sera toujours inscrit en compétition, avec le volume d'heures d'entraînement qui correspond — sauf à refuser et à basculer en loisir — donc avec personne de son âge — et à abandonner. Cela a pour conséquence à Fontainebleau qu'il y a très peu de jeunes, les parents favorisant généralement les études.

Mercredi soir la rameuse en face de moi m'avait raconté qu'elle avait découragé son fils de continuer la compétition: «il avait des résultats en cadet, mais après? On ne peut pas en faire une profession».
Je l’avais regardé sans comprendre, presque choquée: j’ai été élevée dans l’idée qu’avoir la capacité d’obtenir des résultats sportifs1 était un don du ciel qu’il était un devoir de cultiver; jamais il ne me serait venu à l’idée de décourager un enfant qui aurait eu de tels dons (j’aurais tellement aimé en avoir moi-même).
— Mais à quoi bon? Qu’est-ce qu’il va en faire? Je ne voulais pas qu’il rate ses études à cause de ça.
Là aussi je suis à des années-lumière d’un tel raisonnement: pour moi il est toujours allé de soi que rajouter des contraintes (comme de nombreuses heures d’entraînement) favorisait plutôt la réussite scolaire ou universitaire, en obligeant à la concentration, en évitant l’éparpillement ou la dispersion.
Je suppose que c’est la réflexion de quelqu’un qui n’a jamais eu de problèmes en classe. Je ne me rends pas compte.
Toujours est-il que si les parents pensent cela, la France n’est pas près d’aligner les records sportifs. D’un autre côté, ce n’est pas nouveau, j’ai toujours (ie, depuis les années 80, lors des médailles de Thierry Vigneron à la perche) entendu dire que la France n’avait pas organisé de filière pour les sportifs.

Sieste, retour sur l’eau, toujours en huit, suivis par JP.
Je me fais gourmander par Micheline qui trouve que je parle trop: «il y a un barreur, une nage, tu n’as rien à dire».
Comme c’était aussi le reproche que me faisaient les filles du CNF, il faut croire que c’est vrai. Il faut que je fasse attention.

Retour au gîte sur le mont Saint-Vincent (photo à 21h05).

le creusot vue du Mont Saint Vincent-21h05

Lancement du barbecue, braises. Ce soir c’est côte de boeuf, quatre côtes pour vingt-deux. Délicieux. Puis chansons à boire, danses, agitation. Quand la vaisselle et le rangement sont finis (nous participons comme ça vient, tout est fait dans la bonne humeur, sans organisation préétablie mais avec efficacité), minuit approche. Je monte dans ma chambre dans l’espoir de bloguer mais je tombe de sommeil sur mon ordi.

Bien plus tard j’entendrai les trois autres se coucher.

Note
1 : ou des résultats scolaires, intellectuels, ou une aptitude musicale, etc

Sous les étoiles

Arrivés sur le bassin vers neuf heures, mais le temps de s'échauffer et sortir les bateaux il est déjà dix heures et il commence à faire très chaud.

A nouveau en quatre sans, mais avec des rameurs différents : Michel babord, moi tribord, Micheline babord et Philippe qui accepte de prendre la barre au pied. La sortie est cahotique; malgré les exercices nous n'arrivons pas à nous caler, ce qui gêne beaucoup Micheline. Nous attendons en vain un entraîneur dont nous espérons les conseils (nous apprendrons plus tard qu'il y avait des problèmes de réglage avec le quatre de couple) et en désespoir de cause nous rentrons au ponton pour changer la composition du bateau. Je prends la nage, Micheline, puis Philippe puis Michel, c'est-à-dire que nous changeons tous de bord (en pointe, je rappelle que nous n'avons qu'une rame: nous changeons tous de côté).
Nous repartons avec précaution, et c'est sans doute cette précaution qui nous permet de trouver un meilleur équilibre.

Plateau repas amené par un traiteur (solution astucieuse qui évite une grande part de courses/cuisine/vaisselle, même s'il en reste toujours un peu). La chaleur est torride, il faut attendre la fin de l'après-midi pour repartir sur l'eau. Séance de technique vidéo dans la salle des ergos, je pose une ou deux questions sur les réglages. Il y a trois mouvements possible pour une coque, le roulis (d'un bord sur l'autre), le tangage (avant arrière) et le lacet (lié à la trajectoire, oscillation entre la gauche et la droite par rapport à une trajectoire idéale)1.


Sieste sur les tapis de sol. Nous ressortons à cinq heures dans un huit composé des deux quatre du matin (avec Nathalie à la place de Philippe). J'ai changé mes réglages. Cela bouge toujours beaucoup. Il fait vraiment très chaud. A chaque arrêt Sybille fait passer un vaporisateur de coiffeur, j'ai l'impression d'être un bonsaï qu'on asperge. Nous rentrons à six et demie et je fais un tour en skiff, juste une boucle, pour m'assurer que je sais encore ramer (tout cela est très pertubant).

Barbecue "à la plancha" dans le soir qui tombe. Sybille est une fan de Dalida, danse sur Bambino et chante et mime Gigi l'amoroso. C'est une fantasque, fataisiste et fantastique animatrice.
Nous attendons la nuit pour faire une sortie dans le noir (l'un des entraîneurs est plutôt contre: les risques de collision sont élevés) afin de travailler les sensations.


Mince croissant de lune, beaucoup d'étoiles. C'est magnifique. Je prends conscience que la hauteur de mains requise est plus basse qu'en couple et que c'est plaisant. Un premier aller-retour, le bateau tient mieux que cette après-midi, Jean remplace Micheline au cinq, une troisième longueur, JP, l'entraîneur que je connaissais muet au club, chante du bel canto sur le canot moteur silencieux. Je vois trois ou quatre étoiles filantes, c'est la saison, il faut faire un vœu, prière spontanée.

Déjà l'heure de rentrer.


Note
1 : en réalité il y en a six, voir figure I.19 p.32.

La question à ne pas poser

Sylvain, 58 ans, à Clarisse, 17 ans:

— Et ça ne t'ennuie pas d'être la seule jeune parmi des gens de notre âge?
— Oh non, j'ai fait mon stage de troisième en ehpad, alors j'ai l'habitude.




Tête de Sylvain. Nous avons beaucoup ri, un peu jaune.

Cuite

Lever à six heures, une heure et demie sur les fichiers Excel pour envoyer du boulot à mon équipe qui va être désespérée de s'apercevoir que je pense encore à elle.

En retard, en retard. H. va chercher les croissants, commence à ranger la farine, la balance, le batteur à œufs… j'ai honte, j'ai tout laissé en plan hier.
Quand je descends je fais la vaisselle du gâteau de la veille, il fait bon sur la terrasse, on annonce enfin des températures estivales (zut, juste pour le stage, moi qui espérais un petit 21°) mais la table est trempée de rosée, impossible de petit déjeuner dehors. Café, croissants, je suis prête.

Axelle passe me chercher, direction Le Creusot. Nous repérons un restaurant à Ecuisses le long du canal — fermé, nous déjeunons dans un restaurant de viande quelconque. Arrivées à deux heures pour le café, nous avons fait bande à part, le reste des rameurs a préféré un "repas tiré du sac".

pique-nique sur la terrasse du club d'aviron du Creusot


Le bassin est une déception: un lac de deux kilomètres de long. Pourquoi ne pas avoir fait cela à Fontainebleau, avec nos vingt kilomètres? C'est uniquement une affaire de team building, la nécessité psychologique de sortir les individus de leurs habitudes pour les obliger à se concentrer sur l'instant présent.

Nous remontons les bateaux sous un soleil brûlant et nous sortons aussitôt car nous devons être au gîte à sept heures et il y a trois quart d'heures de route (un gîte pour vingt-deux, ce n'est pas si simple à trouver).

Quatre de pointe (dit «quatre sans») de filles (Clarisse, Sybille, Nathalie, moi). Onze kilomètres, ça tangue, ce n'est pas trop inconfortable mais pas du tout au point. Bref, beaucoup de travail en perspective.

Papillons au noir sur le ponton au retour, à plusieurs reprises j'ai peur de tomber, j'ai pris un coup de chaud. Dans le fond, ce qui me fait peur, ce serait de me donner en spectacle et que le groupe dût s'occuper de moi. Je vais m'allonger sur les tapis de la salle de sport.
Cinq ou six se baignent dans le lac, nous voyons partir en combinaison trois triathlètes, le ciel se couvre, nous rentrons tous les bateaux dans les hangars: il paraît qu'il ne faut rien laisser dehors la nuit.

Le gîte est au Mont-St-Vincent, belle campagne française, vaches et vallons, nuages noirs, éclairs à l'horizon et soleil à travail des voiles de pluie.

Chambre de quatre (deux lits superposés), installation, qui ronfle, qui a besoin de la fenêtre, dîner, c'est sympa mais c'est long, je ne tiens pas assise. Bonne nouvelle, il y a du wifi.

Dernier jour

Comme toujours le dernier jour avant les vacances est un véritable marathon. J'essaie de vider mes mails, en découvre que j'aurais dû traiter depuis longtemps…

Reine de Saba (gâteau au chocolat), pas le temps de faire la vaisselle, je pars en catastrophe, rendez-vous à six heures pour démonter les bateaux et charger la remorque, mais en fait comme je l'avais prévu, à quatorze nous sommes trop nombreux.

Les premiers rameurs sortis sur l'eau rentrent, lavent leur bateau. J'obtiens l'autorisation de laver ma voiture ce qui est bien pratique.

Repas traditionnel, ça se dispute à propos du sens de navigation sur la Seine: normalement on devrait circuler comme en voiture, monter vers l'aval du côté droit et redescendre… du côté droit aussi, mais sur la rive opposée, puisqu'on a changé de sens. Au club, on a pris l'habitude (depuis cinquante ans) de monter sur la gauche jusqu'à Thomery puis de changer pour être du "bon" côté et en descendant de traverser à Thomery à nouveau. Certains argumentent que c'est à cause d'un virage à angle droit, que c'est pour éviter de se faire embarquer au centre du fleuve dans le sens du courant et de se retrouver en face d'une péniche; d'autres que c'est pour bénéficier d'un courant plus faible dans le virage quand on est contre le courant.
Tout cela ne me paraît pas si grave (et surtout ce sont des hypothèses), sauf que je vois le moment où les rameurs vont vraiment se disputer. On change de sujet en bitchant sur le bureau directeur.
Mon gâteau au chocolat est trop cuit, pas assez moelleux.

Quand je rentre je prépare mon sac pour demain: la housse de couette Roi Lion pour servir de sac à viande, mon petit ordinateur que je n'utilise plus depuis trois ans. H. a gentiment passé sa soirée à retraiter un fichier Excel pro qui plantait.

Nouveau départ

«Leur Jésus est un autre.» J'adore.

Ça me rappelle ce passage de Proust:
Il fallut pourtant une circonstance exceptionnelle pour qu'un jour [le directeur] découpât lui-même les dindonneaux. J'étais sorti mais j'ai su qu'il l'avait fait avec une majesté sacerdotale, entouré, à distance respectueuse du dressoir, d'un cercle de garçons qui cherchaient par là moins à apprendre qu'à se faire bien voir, et avaient un air béat d'admiration. Vus d'ailleurs par le directeur (plongeant d'un geste lent dans le flanc des victimes et n'en détachant pas plus ses yeux pénétrés de sa haute fonction que s'il avait dû y lire quelque augure), ils ne le furent nullement. Le sacrificateur ne s'aperçut même pas de mon absence. Quand il l'apprit, elle le désola. «Comment, vous ne m'avez pas vu découper moi-même les dindonneaux?» Je lui répondis que n'ayant pu voir jusqu'ici Rome, Venise, Sienne, le Prado, le musée de Dresde, les Indes, Sarah dans Phèdre, je connaissais la résignation et que j'ajouterais son découpage des dindonneaux à ma liste. La comparaison avec l'art dramatique (Sarah dans Phèdre) fut la seule qu'il parut comprendre, car il savait par moi que, les jours de grandes représentations, Coquelin aîné avait accepté des rôles de débutant, celui même d'un personnage qui ne dit qu'un mot ou ne dit rien. «C'est égal, je suis désolé pour vous. Quand est-ce que je découperai de nouveau? Il faudrait un événement, il faudrait une guerre.» (Il fallut en effet l'armistice.) Depuis ce jour-là le calendrier fut changé, on compta ainsi: «C'est le lendemain du jour où j'ai découpé moi-même les dindonneaux.» «C'est juste huit jours après que le directeur a découpé lui-même les dindonneaux.» Ainsi cette prosectomie donna-t-elle, comme la naissance du Christ ou l'Hégire, le point de départ d'un calendrier différent des autres, mais qui ne prit pas leur extension et n'égala pas leur durée.

Proust, Sodome et Gomorrhe
Ceci me permet d'un même élan de donner à Matoo ce lien vers La Recherche en ligne.

Maison vide

Comme je m'y attendais, je n'ai pas repassé vendredi; comme je ne m'y attendais pas, H. m'a proposé d'emmener la chatte à Chartres (moitié du chemin entre Moret et Mortagne-au-Perche) où A. la récupérait.

Personne donc à la maison quand je suis rentrée, ni mari ni chat.
Le mari, ça arrive, mais le chat, jamais.
Il manque les miaulements entre accueil et engueulade («enfin! j'ai faim!»), le bruit infime des griffes sur le carrelage (elles ne sont plus totalement rétractiles et il faut que je les lui recoupe) et à chaque vêtement posé j'hésite et me souviens: «ah oui, je peux le mettre sur le lit, le chat n'est pas là» (habituellement c'est toujours sur le dos d'une chaise).

Je repasse, donc, en regardant Pour quelques dinars de plus sur Arte, un film amical, souriant, dont le potentiel de rebondissement des dernières images m'évoquent Un homme sérieux des frères Coen .
Le panier à linge est posé à mes pieds, ce qui en temps normal est impossible.

Je vais enfin savoir si je dors mal à cause du chat qui me piétine toute la nuit ou si je dors mal parce que je dors mal.

Vers Blois

Chaque fois que nous allons à Blois nous empruntons de nouveaux chemins. Je regrette de ne pas les avoir notés car il y a des lieux que j'aimerais retrouver.
Ce matin la radio annonce sept cent kilomètres de bouchon, nous choisissons un "autre" itinéraire (Waze en propose désormais trois).

Route ronde dans la forêt de Fontainebleau, château de Bellegarde (à trois quart d'heure de la maison, il faudra revenir. «Il a beaucoup changé, dit H. Quand j'étais petit il était à l'abandon, envahi d'herbes folles»), Beauce, il fait gris, c'est la bonne température pour être décapoté. Forêt d'Orléans, vingt kilomètres de quatre voies (nous évitons, nous ne prenons que des départementales), St Denis-de-l'Hôtel, il faudra un jour aller à Sully, la Loire et ces couleurs verte bleue beige un peu passées matérialisation de la lumière, arrêt traditionnel à Jargeau pour un café et une pause-pipi.

Nous nous garons un peu loin, rue de l'écho, en face de l'académie de billard. Dans cette rue un vieux monsieur est en train de travailler à la carcasse d'un break des années 70. A côté, une traction avant rutilante, au fond du garage la même à l'état d'épave, sur le pont, une volvo à la carosserie décapée. Deux ans pour refaire une voiture à neuf, nous dit-il. C'est la version française des amoureux de voitures américaines mythiques. Je regrette qu'il soit seul et pas en train de transmettre à un jeune. Je ne trouve pas trace de son activité sur internet: serait-ce purement amateur et non une activité professionnelle?

Sologne, routes droites, quelques gouttes de pluie. Chaque fois que nous traversons cette partie de la Sologne il pleut. «C'est parce que c'est la Sologne du nord». Je n'arrive pas à déterminer s'il est sérieux. La Ferté-St-Aubin. Un autre château à visiter. Nous n'entrons pas dans le domaine de Chambord mais passons par la levée de la Loire. Il y a beaucoup de vent, la Loire frise, il y a de l'écume sur les vagues, c'est autre chose que la Seine. Ce qui me frappe le plus, c'est la différence de couleur, ici tout est accordé, la terre et le ciel semble en camaïeu et non en rupture.



Pendant ce temps (ce temps gris et froid et pluvieux), terribles images de la Grèce où les incendies font rage.

Régime alimentaire

A la Table du loup j'ai commandé des accras, des frites de patate douce et des pommes de terre à l'ail. Et un gin anisé et du pain perdu.

— Y en a qui mangent du pain avec leurs pâtes, toi tu manges des frites avec tes patates.

Ce matin je suis en indigestion et j'ai une haleine de chacal.





PS: Au même moment, à 21h, QuandMarcelTweete, le bot (robot) qui recherche les phrases courtes dans La Recherche, a tweeté «Je n'ai plus faim».

Anticiper

Je planifie par grosses masses :
- aujourd'hui, H. travaille à Paris, donc nous dînerons à Paris — pas chez Roberta car la ligne 14 est fermée et qu'il ne paraît pas concevoir d'y aller à pied — sans doute à la Table du loup; donc nous allons rentrer tard;
- ce week-end nous sommes chez mes parents;
- mercredi soir je démonte les bateaux;
- du jeudi au dimanche je suis au Creusot;
- lundi 16 lave-linge et valises;
- mardi matin nous partons à Vienne, probablement en couchant à Roissy lundi soir.

Donc je peux repasser vendredi (à cinq heures ce matin j'ai programmé le lave-linge pour tourner à neuf heures ce soir de façon à étendre le linge en rentrant) et si je confie le chat à A., il faut que je l'emmène lundi ou mardi prochain. Si c'est Séverine qui vient faire du cat-sitting il faut qu'elle arrive le 16 après-midi.

Il faut que j'appelle Séverine.

Un cake au roquefort

Si je suis passée faire des courses lundi, c'était pour acheter du roquefort afin de confectionner un cake au roquefort pour le dîner hebdomadaire des rameurs. (Je n'allais tout de même pas faire faire à H. les courses pour mon aviron).

Oyez oyez bonnes gens, après près de vingt ans, je me remets à la cuisine! Il aura bien fallu ça. (Autre preuve de mon intégration: pour la première fois de ma vie, j'achète un numéro de PQR (presse quotidienne régionale), il me semble que c'est Le Républicain.)

Huit cahotique, en partie sous la pluie, course contre une péniche et dîner à l'intérieur du club: il fait froid et la pluie menace. L'Europe brûle et nous sommes sous une «goute froide» (la France entière connaît désormais l'expression).


carte météo de la France en juillet 2021 sous la goutte froide


Maltraitances contemporaines

Plus de timbres dans les postes; plus d'argent dans les banques; plus d'horloge dans les gares; plus de mouchoirs, plus de baisers, plus d'adieux sur les quais.

Ce matin mon train est arrivé avec dix minutes de retard gare de Lyon, ce qui fait que les passagers du train d'en face (un ouigo: est-ce un corail? (team dépassée par la modernité)) étaient en train de monter en voiture tandis que nous banlieusards remontions vers la sortie de la gare.

Je ne sais pas à quelle heure partait ce train, mais sans doute peu après car les gens se hâtaient le long du train interminable (deux, peut-être trois, rames accolées).

Je peste in petto contre les nouvelles pratiques de la SNCF (je dis nouvelles… elles peuvent dater de plusieurs années, mais je ne les constate que depuis juin, à sortir en gare de surface pour acheter mon déjeuner) qui font ressembler le train à l'avion: obligation d'arriver en avance, attente dans le hall de gare avec accès fermé aux quais, filtrage aux portillons, interdiction aux familles et amis d'accompagner les voyageurs sur le quai pour les aider à porter leurs bagages et embrasser les enfants, disparitions des étreintes désespérées au moment la séparation…

C'est un départ en vacances: des familles, des demi-familles, un seul parent avec enfants, des colonies. Je repère une jeune femme avec une valise à roulettes, un sac à provision ficelé en équilibre instable sur cette valise, une petite fille de quatre ans qui en fait rouler une autre plus grosse qu'elle, un petit garçon de trois ans en électron libre car il ne reste pas de main maternelle pour le tenir. La jeune femme marche le plus vite possible, ce qui n'est pas très rapide — il ne faut pas faire tomber le sac, il ne faut pas perdre les enfants dans le grouillement pressé. Je prends la valise de la petite fille et remonte le train avec eux, car bien sûr leur voiture est l'avant-dernière (recherche angoissante puisque bien entendu les rames sont numérotées dans le désordre et que nous ne sommes pas très sûres de ne pas avoir raté la leur).

Je les laisse, repars vers la sortie. Le quai s'est vidé. J'engueule au passage deux ou trois grandes asperges de la SNCF qui ont passé leur temps à dire mollement aux voyageurs pressés des trucs du genre «attention au quai», sans jamais tendre le bras pour aider qui que ce soit (— Vous êtes fiers de vous? — Bonne journée à vous aussi, Madame; la réponse-bateau de ce genre d'andouilles.)

Un couple arrive en courant par les escaliers du hall 3.
Comme les rames se raccordent au niveau de ces escaliers, il y a une quinzaine de mètres sans porte.
«Courrez, entrez n'importe où!»
Je continue à marcher vers la sortie, me retourne.
Le temps qu'ils remontent les quinze mètres, les portes du train se sont fermées. Je vois leurs silhouettes tenter de les ouvrir, en vain. Les grandes asperges arrivent, ça parlemente. Ils tentent encore d'ouvrir.
Immobilité et silence. Suspension.
Puis le train s'ébranle.
Ils restent sur le quai, leurs valises au pied.

De plus en plus tôt

Je quitte le bureau vers 16h40, un record jamais égalé (je veux dire pour une journée considérée comme finie, et non une journée interrompue par une contrainte extérieure). Ils ont du bon ces fonctionnaires (je rappelle que je commence à sept heures du matin, pour rien, juste pour ne pas avoir droit à des sourires supérieurs).

Si je sors si tôt, c'est d'une part parce que je ne peux plus travailler (le serveur saute régulièrement depuis dix jours), d'autre part parce que je veux être à Moret à temps pour faire les courses: comme il est à la maison de façon continue, H. se plaint parfois de faire toutes les corvées, courses, repas et la moitié des vaisselles que nous avons la flemme de faire le soir. Devant lui je ris et réponds qu'il n'a pas le transport, mais sur le fond, il n'a pas tort.

Donc ce soir je rentre plus tôt. Je passe à Intermarché acheter des yaourts irresponsables.

Je finis Laissez tirer les tireurs sur Arte (diffusion jusqu'au 4 août). L'ancêtre de James Bond ou Bruce Willis version San Antonio, en noir et blanc, sans aucun effet spécial, à base de 404 et de pistolets qui tirent coup par coup. C'est fun.
Notons au passage que je n'y comprends pas grand chose, pour moi les personnages ne sont pas assez caractérisés physiquement, ils se ressemblent tous. Je déduis qui appartient à quel groupe (les bons, les méchants, les tiers) en fonction des dialogues et des actions.

Nous nous couchons à la disparition du jour, vers dix heures. Ça alors.

A la nage

Le huit d'hier était vraiment décourageant, avec toutes les composantes que j'ai fuies au CNF, à commencer par une certaine agressivité (laisser ses problèmes à la maison ne va pas de soi; certains viennent au contraire dans l'espoir de s'en débarrasser en ramant. Ce n'est pas toujours un bon calcul).

Discussion au café d'après sortie (avec des rameurs hors du huit), mais pourquoi vouloir sortir en huit (réponse: parce que c'est exigeant, le prochain sommet après le skiff), pourquoi pas en quatre (réponse beaucoup moins avouable: c'est qu'ici (dans ce club), quand on est une fille, c'est prendre le risque de ramer avec X et je n'en ai pas envie. Elle a un gros défaut à tribord et refuse de travailler ce point. Ça ne m'intéresse pas, un bateau dans ces conditions).
Bref, petit moral.

Ce qui fait que ce matin, quand la question s'est posé du barreur, je me suis proposée: curieuse de voir le bateau de ce poste d'observation, peu pressée de renouveler l'expérience de la veille.
Sauf que les rameurs n'étaient pas tout à fait les mêmes, avec SE et JP à la place de deux autres.
Sauf que la nage s'est sentie mal, et que je me suis trouvée à la remplacer au bout d'un kilomètre (c'est le plus simple: nous interchangeons nos places sans rentrer au ponton).

C'est ainsi que je me suis retrouvée à la nage du huit de pointe (je ne pensais pas que cela m'arriverait un jour).
Magnifique sortie, le bonheur.
— Alors, c'était bien, la nage?
— Il faut demander ça aux autres. Pour moi, l'équipage était très bien.

Mais bien sûr, personne ne dira rien. Je n'ai jamais dit à Flore ou Anne-Sophie qu'elles étaient de bonnes nages. On leur demande si elles ne sont pas trop fatiguées (c'est-à-dire si soi-même a été bien, pas trop lourdaud dans le bateau), on ne leur dit pas qu'elles étaient bien.

Je vais donc le dire moi-même: pour une première sortie à la nage en pointe, ce n'était pas si mal, sauf notre tentative de départ (on s'entraîne au départ de course, à lancer le bateau).

Pour le reste, plus aucune condition physique. Si cela devait se renouveler, il faudra que je reprenne l'ergo (l'ergomètre = le rameur)

Traductions

— Ça veut dire quoi, AD ? BC, before Christ, mais AD? After what ?
(H google vite fait): — Anno Dominum. Ou plus exactement Anno Domini Nostri Jesu Christi, en l'année de notre Seigneur Jésus-Christ.
— Damned! Et AM? je pense toujours Post Midnight, mais ça n'a pas de sens, Post Noon, mais c'est un N.
(Googlage): — Ante Meridiem, Post Meridiem.
— Du latin?!! Les Américains sont au courant?

*****

— Non mais ça suffit! Digital, ça ne vient pas de doigt, ça vient de digit, nombre. Digital, c'est numérique, en français.

Et je pense à the phony war, la fausse guerre, la guerre pour de faux, devenue the funny war aux oreilles françaises, la drôle de guerre, ce qui étrangement n'était pas si loin du sens, de même que digital/doigt a un sens, même si c'est un coup de chance.

*****

Au petit déjeuner à l'hôtel à Paris hier matin, H. traduit gentiment pour le barman (barista, un mot étranger pour un autre) perdu devant ma commande d'un café au lait:
— Un latte, please.


Et j'aime ce mélange, cet espagnol, cet italien et cet anglais dans notre ville française, cette bonne volonté de chercher à se comprendre. Souvent je songe à la question de David Bellos (dans Le poisson et le bananier): «Quelle langue parlait Christophe Collomb avec les indiens?»

Citizen M

Comme prévu il y a deux jours, nous nous retrouvons au Citizen M de gare de Lyon, dans cette chaîne d'hôtels découverte à Amsterdam il y a quatre ans. La chambre est large de la longueur du lit, elle me donne l'impression d'une cabine de bateau, mais avec un tel parti pris de design que l'on en oublie la taille de la pièce. De vrais livres (Catherine Cusset), une tablette Apple pour commander la télé et la couleur de la lumière de la douche… En un mot c'est amusant.

Nous ressortons chercher un restaurant et errons avant de nous attabler — toujours en terrasse — à La table du Loup rue traversière, taverne spécialisée dans le rhum.
Derrière nous une tablée d'avocats a des conversations d'avocats avec cependant une certaine vulgarité qui nous fait hésiter un moment à accepter l'idée que ce sont des avocats.

Adresse recommandée. Gin anisé et frites de patates douces, pain perdu.

Une poutre, des mesures et une sortie encadrée

Télétravail. Paradoxalement je commence plus tard ces jours-là, le temps d'acheter les croissants et de prendre le petit déjeuner avec H.

J'accueille les jardiniers qui viennent remplacer la poutre. Il pleut. Découpe du bois sous le parasol pour protéger l'établi et la scie sauteuse. Maçons et menuisiers, ce sont des jardiniers au sens très large.

Café, bière, reprise des cotes pour établir le plan de la cabane (abri à outils, abri à vélo) à construire, deux mètres sur deux, un toit en tuiles (obligatoire dans cette commune historique) impose une pente de toit plus forte, nous avons la contrainte de la porte de l'armoire électrique dont le vantail doit s'ouvrir dans la cabane.
*******


Le soir, sortie en huit encadrée par Pascal, ex-entraîneur du bataillon de Joinville, aujourd'hui à la retraite. Il ne viendrait pas souvent ramer au club car il y aurait du tirage avec le comité directeur (avec qui tout le monde a l'air de s'engueuler: mais dans ce cas, comment est-il élu? Je ne comprends pas), mais Sybille l'a convaincu de venir nous encadrer au Creusot.

Il commence par faire un debriefing autour du bateau et rappelle les bases, genre: il faut être assis sur ses deux fesses, bien équilibré. Tous ses conseils seront de ce niveau, très généraux; mais avec le recul, je sais désormais que ces généralités1 sont réellement la clé de toute activité. Elles paraissent plates, inutiles, on voudrait une remarque in-ouïe, quelque chose de rare — mais il n'y a rien que du très connu, à prendre très au sérieux et que l'on néglige.

Cette fois je passe à babord (la rame unique à droite par rapport à moi, à gauche (selon la règle) par rapport au barreur). Il faut que je trouve mon côté et que je me spécialise (chez moi ce n'est pas très marqué, chez d'autres c'est immédiat, un peu comme le revers à deux mains au tennis: certaines personnes sont intrinsèquement babord ou tribord).

Ciel dégagé, soleil. Grégoire dans le canot moteur passe toute la sortie à nous filmer. A la fin de la sortie, revenu sur terre, debriefing mi-figue mi-raisin de Pascal qui ne désigne personne: «certains auraient intérêt à faire d'autres bateaux, du quatre par exemple, pour être mieux informés de ce qui se passe. Il faut beaucoup ramer ensemble».

Bref, si je décrypte bien, nous ne sommes pas au niveau.
D'un autre côté, nous ne sommes que des loisirs, what did he expect?



Note
1 : comme Eric en aïkido «au début on te dit que tout est affaire de transfert d'énergie, et toi tu veux juste connaître les gestes, puis plus le temps passe plus tu te rends compte que c'est vrai» ou Hervé à propos d'informatique: «en informatique tu passes ton temps à échanger du temps contre de l'espace, de l'espace contre du temps» ou dans mes activités «il faut et il suffit de lire» (combien de fois je me suis dit «si seulement j'avais lu ça plus tôt»).

Un arc-en-ciel

Comme souvent quand nous avons la flemme, nous sortons déjeuner ou dîner "en ville", à deux pas de chez nous.

Ce soir, crêperie, dehors, car H. refuse toutes les fois que c'est possible (c'est à dire toujours) de s'enfermer entre quatre murs avec des étrangers. Je n'y pense plus, mais lui pense encore au virus.

Et donc malgré le vent, nous nous installons en terrasse entre deux averses, ce qui nous permet de contempler un arc-en-ciel digne d'une pub pour Moret.

Arc-en-ceil au dessus de la porte de Samois à Moret sur Loing



H. est ennuyé: sa mère vient passer une visite de contrôle à Garches vendredi et son père lui demande de lui rendre visite, sans se rendre compte que c'est cent soixante kilomètres aller-retour dans la circulation parisienne, ou trois heures de transport en commun.

— Tu es à Bois-Colombes la veille? Reste sur place, dors à l'hôtel.
Et c'est ainsi que nous décidons de rester jeudi soir tous les deux à Paris, dans un hôtel gare de Lyon.

Matriochkas répertoires

Ce n'est pas le titre d'une pièce de musique russe.

J'ai entrepris de mettre de l'ordre dans le répertoire partagé de l'équipe.

En réalité il est bien peu partagé: chacun s'est créé un dossier à son nom dans lequel il copie ce dont il se sert le plus souvent. C'est un peu comme si chaque cuisinier venait piocher ses recettes dans le répertoire commun pour le mettre dans son dossier. Cela a trois inconvénients immédiats: d'une part chaque recette est copiée plusieurs fois ce qui fait gonfler la taille du répertoire partagé, d'autre part chaque recette diverge peu à peu au fur à mesure du temps puisque chacun la modifie insensiblement (il ne s'agit pas de recettes, n'est-ce pas, mais de modèles de lettres et de procédures); enfin, et c'est sans doute ce qui m'ennuie le plus, les meilleures modifications ne sont pas partagées (les meilleures tournures, l'adaptation aux cas nouvellement rencontrés).

J'ai donc entrepris de passer avec chacun pour faire disparaître leur nom ou prénom du répertoire partagé et redistribuer leurs fichiers soit dans des répertoires thématiques (du genre soupes, gibier, entrées, etc), soit de récupérer les documents personnels chez eux (car ils sont si candides qu'ils laissent tout traîner, des copies de livrets de famille, de dossiers de retraite, etc).

Aujourd'hui j'ai travaillé avec Denis. Denis a créé sur le répertoire partagé le dossier DENIS, dans lequel il a créé le dossier «sauvegarde Denis» dans lequel il a créé un dossier DENIS dans lequel il a créé un dossier DENIS.
Et dans chacun de ces quatre dossiers imbriqués on retrouve les mêmes dossiers et les mêmes fichiers: je suppose que comme il maîtrise mal l'arborescence des répertoires, il ne retrouvait pas ce qu'il venait de copier/coller et il le recollait sous un DENIS au petit bonheur la chance. (NB: je ne lui en veux pas, ces salariés ont sans doute hérité d'ordinateurs sans jamais avoir une formation.)

Le pompon, c'est tout de même ces documents intouchés depuis… 1998.
— Ils sont vraiment utiles ? Ils n'existent pas ailleurs?
Il ouvre le fichier, le lit, réfléchit, donne son verdict. Si nous le gardons, je le fais sauvegarder en version .docx ou xlsx.
Nous avons considérablement allégé l'ensemble.

*****

Bon, avouons qu'aujourd'hui j'ai proclamé «j'arrive plus à me connecter sur outlook» alors que j'avais tout bonnement oublié d'allumer un de mes écrans et que la-dite fenêtre Outlook s'ouvrait justement sur cet écran (donc restait invisible).
Quand j'ai compris l'origine du problème, je me suis contentée d'un sobre «C'est bon, ça remarche».

Petits problèmes qui occupent

- Panne informatique : une mise à jour a été lancée hier après-midi alors qu'elle devait tourner ce week-end quand tous les postes seraient inutilisés. Elle s'est donc lancée pendant que les gens travaillaient et tout a planté. Nous n'avons pu commencé à travailler qu'à onze heures.

- En voulant mettre une cale sous une armoire à dossiers, nous avons fait tomber l'armoire qui y était adossée et tous les dossiers qu'elle contenait. Heureusement que personne ne passait devant à ce moment-là.

- J'ai craqué et dit sèchement au «manager de transition» d'arrêter d'insulter les gens au téléphone. Cela fait des semaines que je l'entends être odieux avec des personnes de divers organismes administratifs (— Je ne suis pas insultant, je n'utilise pas d'insultes. — La prochaine fois je t'enregistre. Et arrête de reprocher aux gens de ne pas savoir chercher dans leurs mails alors que tu ne sais pas le faire toi-même).
La nouvelle responsable comptable et l'informaticien bouche bée m'ont regardée sortir de son bureau (j'avais parlé très bas, hurlé très bas).

- Train de 17h20. C'est la première fois que je prends un train si tôt. J'ai essayé une robe orange qui m'allait horriblement mal.

Un huit ça casse

«Un huit ne se retourne pas, ça casse»: c'est ce que nous avait dit un jour une compétitrice à Melun, alors que nous préparions à quitter le ponton.

Belle sortie ce soir, dans le soleil déclinant entre six et huit heures. Il fait chaud de façon supportable.


Le bateau n'est pas plat, à chaque coup il nous berce de babord à tribord, de tribord à babord. Cela traduit de multiples fautes de main, de changement dans les hauteurs de main sur le retour (durant la passée dans l'air, le moment le plus délicat).
La difficulté pour se corriger, c'est que chacun dépend des autres. Comme en plus de nos défauts nous compensons chacun plus ou moins consciemment les défauts des autres, si un rameur essaie de se corriger tandis que les autres ne sont pas prévenus, les compensations devenues inutiles aggravent le déséquilibre. C'est pour cela que pour corriger un défaut il faut de la patience les uns envers les autres et l'acceptation que toute correction commencera par rendre les choses pires.

Retour. Exercices. Nous croisons deux péniches montantes qui paraissent très pressées: veulent-elles arriver à l'écluse avant la fermeture? Les vagues sont énormes mais nous leur sommes parfaitement parallèles et nous n'embarquons aucune eau: fluctuat nec mergitur.

Sauf que nous, à l'arrière (je suis au six), nous entendons un dialogue confus qui parle de bateau fissuré. Un huit se découpe en deux parties pour être transportable en remorque (un tiers deux tiers ou moitié moitié); suite à la force des vagues le nôtre prend l'eau au niveau de la jointure. Nous entendons les ordres de JP: «Desserrez vos chaussures. Préparez vous psychologiquement à passer à l'eau.»

Nous rentrons lentement en demi coulisse.
Nous croisons deux autres péniches.
Nous n'avons pas coulé.
Les billets et commentaires du blog Alice du fromage sont utilisables sous licence Creatives Commons : citation de la source, pas d'utilisation commerciale ni de modification.