Billets pour la catégorie 2023 :

Top Crop

Je ne pense pas grand chose du crop top en juin, mais à sept heures du matin en février, avec cinq centimètres de peau à l'air au niveau du nombril, respect.

Huit de filles

Lever à presque huit heures, ce qui est vraiment tard pour un jour d'aviron. Je ne pensais pas avoir du sommeil en retard.

Huit de filles, un peu bringuebalant mais qui s'est stabilisé au fur à mesure de la sortie. Quel dommage que nous ne nous soyons pas entraînées ensemble régulièrement depuis novembre, c'était si prometteur.
Il faut que j'arrête d'en parler, d'y penser, et que je passe à autre chose.

Repassage en regardant The last of us. C'est fou ce que j'aime les films post-apocalyptiques. Ils éveillent une vraie curiosité, ils représentent les peurs du siècle. Ça remplace les loups, les sorcières et les ogres.
Puis Ghost Dog car je n'ai pas résisté à «dernier jour» indiqué sur Arte.

Crêpes. Encore une attaque de cidre fou, piscine sur la table du salon.

Huit mixte

Donc il y aura deux huit mixte à Mâcon, avec des calculs compliqués d'âge. Au lieu de mettre les meilleurs dans un bateau, les autres dans le deuxième, et de travailler/s'entraîner sérieusement six mois à tomber ensemble dans l'eau au quart de seconde près, on préfère faire des calculs d'apothicaire en allant chercher au dernier moment un rameur de 76 ans de façon à rester dans la catégorie des plus de 50 ans pour compenser nos deux plus jeunes et plus talentueuses rameuses…
Peut-être est-ce la voix de la raison. Je n'en sais plus rien.
X. en larmes parce qu'on lui annonce qu'elle va barrer… alors que je préfèrerais barrer parce que le mixte, je m'en fiche, c'est le huit de filles qui m'intéresse… Si le calcul des âges passe (elle est de 1973), nous échangerons.
En tout cas c'est la fin pour moi. Je termine cette compétition et je vais faire du planeur.

Perdu beaucoup de temps à armer le Falcon en pointe (et quelqu'un a récupéré ma clé de 13). La sortie a été agréable, j'ai barré une grande partie du temps — et heureusement, car après mes trois séances d'ergo, mes cuisses brûlent vite.

Impossible de me souvenir de ce que j'ai fait l'après-midi. Mis à jour mes mails, mon compte Assessfirst (je donne le lien au cas où ça vous amuse de passer le test: la façon dont sont donnés les résultats est bonne pour le moral. Avant de le commencer, je vous spoile qu'il y a de la logique à l'intérieur. Vous pouvez vous échauffer avec cela, pour vous préparer mentalement).

Vendredi

H. est encore de compétition ce soir (oui, j'ai mes clés).

J'ai repris ma grammaire grecque dans le train. Vingt minutes chaque jour, quatre pages environ. Je continue Fado Alexandrino. C'est magnifique.

A midi j'ai récupéré ma carte bleue au Goût du sablé. Ç'avait été un coup de chaud de ne pas la retrouver au moment de faire ma valise il y a une semaine; un message m'attendait sur FB pour me dire que je l'avais oubliée mercredi midi au restaurant (je ne m'en étais pas aperçu avant car je ne paie quasiment plus que par téléphone).

Ergo le soir (trois jours de suite car lundi je rentrais de vacances et mardi c'était la grève): quatre fois dix minutes, cadence 18, 20, 22 et 24. J'ai tenu aux cadences attendues. Réussir vous laisse épuisée mais vous donne une impression de puissance, de capacité à faire face.

A Moret, dîner à la Dame du Lac. Ils ont changé leur carte, mais aussi le style de leur carte, pour faire davantage dans le menu de brasserie.
Je prends deux kirs royaux à la pêche, mon péché mignon: un en apéritif, un avec mon dessert.
Est-ce pour cela que j'ai si mal dormi, d'heure en heure me réveillant en sueur? Ou est-ce l'ergo qui réchauffe mon métabolisme?

Au moment de mon dessert est arrivé un groupe de personnes. J'ai pensé qu'il venait fêter un anniversaire. Je suis partie alors qu'une féminine voix rocailleuse portait un toast: «à la connasse qui paie!»
Je suppose que c'était affectueux. J'ai imaginé leur état une ou deux heures plus tard. Sacré bizutage pour le nouveau et jeune serveur.

Calculs et emploi du temps

A midi, encore de l'ergo, trois fois vingt minutes cadence dix-huit, c'est-à-dire de l'endurance. J'ai tenu — mais l'endurance, c'est toujours plus facile.
Les autres n'ont fait aucun commentaires à mon retour, mais j'avais le visage blanc couverts de tâches rouges.

Selon mes calculs, tout cela me prend trop de temps si je veux continuer à prendre le train entre 18h30 et 19h (demande d'H. pour pouvoir manger à heure compatible avec son diabète). Il va falloir redécaler mon heure de lever, sans doute la repasser à 5h50, peut-être 5h55 (pour la beauté du nombre). L'ennui c'est que ça me fait prendre le train de 6h55, et que c'est un «train moche», comprendre une rame de RER D: je ne suis pas venue habiter si loin pour prendre une rame de RER D.
Mais bon.

Le soir, Ground Control. Encore une assiette africaine, avec des frites de patates douces.

Reprise de l'ergo

En octobre, j'en ai eu marre de ma feuille d'entraînement d'ergo. Apparemment j'étais complètement remise de mon covid. J'ai donc décidé de prendre la deuxième feuille, d'un niveau plus élevé, avec des exercices plus variés (davantage de variations dans les durées, les cadences, les puissances).

J'ai commencé en novembre, et je me suis rapidement aperçue que c'étaient également des entraînements plus longs (j'en étais là en 2020, juste avant le confinement, cela m'a rappelé des souvenirs oubliés). Cela ne tenait plus en cinquante minutes, je ne pouvais plus faire cela le matin avant le boulot (entre sept heures trente et neuf heures, en ajoutant la douche et les habillages rhabillages); le faire après le boulot m'obligeait à sortir rigoureusement du bureau avant cinq heures — ce que je suis incapable de faire — car mon abonnement en salle était tel que je ne devais pas m'entraîner sur les plages horaires d'affluence.

Bref, j'ai arrêté de m'entraîner à l'ergo en décembre, en même temps que je me levais une heure plus tard (à six heures vingt), ce qui m'a remonté le moral. J'ai également pris le pli de quitter le bureau plus tard, ce qui correspond davantage à mon rythme naturel.
Je m'étais dit que je reprendrais après Dublin, en changeant d'abonnement pour pouvoir venir le midi.

Dont acte ce midi.
C'est une catastrophe. Je devais faire quatre fois douze minutes cadence 22 (22 coups par minute: l'entraînement à l'endurance se fait à 18, les JO se courent à 36 ou 40) avec trois minutes entre chaque, j'ai fait trois fois douze minutes (par manque de temps), mais le dernier intervalle cadence 18, complètement HS.
Sans compter que j'ai pris deux kilos en deux mois.

Manifs contre les retraites

Je ne vais pas le dire trop fort, mais ça m'arrange bien: ça me donne un bon prétexte pour rester à la maison.

Je passe la journée à faire ce que je préfère (m'occuper des demandes des adhérents) et à ne pas faire ce que je devrais (gouvernance et conformité, comprendre: rédaction de procédures, ça m'agace de plus en plus. A bas l'ACPR!).

Bref, tard le soir je me retrouve en train de suivre négligemment les quatre derniers modules des quinze heures de formation annuelle obligatoire de la DDA (directive sur la distribution d'assurances).
Je n'en peux plus de la conformité.

Des nouvelles de l'Algérie

Matin : café chez Toufik à 7h15 (après un malentendu: j'avais compris qu'on quittait la maison à 7h10 (soit, pour moi, comme d'habitude), H. voulait prendre le train de 7h10: bref, «on part à 7h10» n'est pas assez précis.)

J'apprends (est-ce que tout le monde le sait?) que les Algériens, Tunisiens, Marocains, nés en France, sont bi-nationaux et que cela se transmet aux enfants. (Ce sera donc sans fin. Je me demande si c'est une bonne idée.)
Voilà qui change mon regard sur les supporters de foot: ils ne prennent pas partie pour le pays de leurs ancêtres contre leur pays d'adoption puisqu'ils sont les deux. (Toufik: «pour le foot, on est schizophrène»).

Toufik va partir en vacances en Algérie. Il doit passer au consulat pour avoir un tampon quelconque, ou refaire son passeport, je ne sais plus très bien: «pour ma femme française française, ça va beaucoup plus vite, elle a eu son visa tout de suite. Mais moi, comme j'ai la double nationalité, c'est compliqué, l'Algérie exige que je passe au consulat.»
Bref, une fois de plus, comment faire suer les gens plutôt que leur rendre service. Maltraitance administrative.

Le soir, bière chez Toufik. On parle retraite, générations, souvenirs. Quel est votre plus grand souvenir? la mort de Kennedy, la chute du mur, le 11 septembre, le Bataclan?
Comme l'un des présents résiste à cette vision des choses, nie qu'il puisse y avoir une différence entre connaissance apprise et expérience vécue, je dégaine mon arme secrète: «qui a connu Goldorak?» — car j'ai remarqué qu'il y a aussi les générations Goldorak, les Cités d'or, Power Ranger, Pokémon, etc.

«Moi je regardais Goldorak en France, et quand on allait en Algérie, je le regardais en arabe. Vous voulez que je vous chante Goldorak en arabe?»



Je précise qu'il est sobre, le verre qu'il tient est sans doute le mien.
(N'hésitez pas à cliquer, l'image s'agrandit.)
.

Ou encore Goldorak / Grendizer en arabe.

Retour



deux boîtes de Vache qui Rit intitulées


Je vous mets une photo de Vache qui Rit pour ne pas mettre une photo de Guinness. Profitant que j'étais seule, j'en ai pris deux à l'aéroport: une pinte et demie. Quand je suis avec H., je ne peux pas faire ce genre de choses, il a trop peur que nous soyons en retard pour l'embarquement.
Je me suis dit que l'avion ne partirait pas sans moi puisque ma valise était dans la soute (ou qu'ils seraient obligés d'aller la chercher si je n'étais pas là, ce qui me donnerait le temps d'arriver).
Bon, j'exagère, je n'étais pas bien loin et surveillais les panneaux du coin de l'œil. Je n'ai fait attendre personne.

Acte manqué : en arrivant à Moret, je me suis rendue compte que j'avais oublié de leur rendre la clé de la maison. J'en suis quitte pour la leur poster demain.

Jour 1

An "agony aunt" is someone in a newspaper who answers the personal questions of the readers.
Never heard this expression, and what an expression !

Long walk along the sea, on the Sandycove beach — not far from the Joyce museum (closed on Monday…). We had the project to go there, but we had not the time before going to take her daughter after school.
Some people are swimming each day of the year (with just a swimming trunk, not a combinaison!)
The starlings are as familiar as pigeons. Since the lock-down the seagulls (which were alone in town during several weeks) are very bold. One stole a McDo from a man's mouth.

The daughter (13 years old) is invisible. She doesn't eat with us. She's always snappy.
At 13, is the fact there are strangers from all over the world (a Japanese woman will come next month) in your kitchen annoying or interesting? Always the same discussions (because Julia's job is to provoke discussions) or always something new?

I found a text from Kapuscinsky in a small anthology about mothers. He was seven years old in 1939 and describes exactly the same scenes in Poland than in France during the Exode. But one year before. The French peope were not careful enough.
Kapuscinski said there were only dead horses along the roads (because the men were quickly buried), as it was a war between horses.
Kip's family has a house in Caux near Pézenas. They found papers from world war I, accountability diary and maps. Kip is looking for an institution to give all these papers.

Your Honor episod 2. Julia and Kip had an argument before dinner (I was not here, I don't know what it was about) and the evening was tense. The young and big boxer slept on my knees while we were watching TV.

Valise(s)

Bien entendu je n'avais pas fini l'indispensable hier et je passe ma matinée à 1/ mettre des mots de passe sur des pdf en les zippant 2/ à chercher un moyen de transférer des gros fichiers pour un audit pro.

J'arrive à mettre des mots de passe mais plus à rouvrir mes documents quand ils passent du PC au Mac par wetransfer.com. Je suis à peu près désespérée quand arrive midi (trois heures à faire des tests, H. dort comme un bienheureux, sa compétition de ping-pong s'est très bien passée hier soir). Je viens de perdre ma matinée.

Nous déjeunons à Fontainebleau au Barbak enfin rouvert, puis récupération de ma veste en cuir et passage chez le fromager (Barthélémy-Goursat, les princes du fontainebleau). J'achète des "punitions", les petits sablés Poilâne. Ce sera pour mes Dublinois.

Nous rentrons. J'ai une visio à 18h30. H. me trouve une solution pour mon transfert de fichiers (Sync): un mot de passe non pas sur les docs mais sur le lien de transfert. (Comme c'est un audit de sécurité, je peux difficilement balancer mes docs dans la nature, même s'ils n'ont pas grand chose de confidentiel… J'enverrai le mot de passe lundi, je trouve un peu pédant — et un peu incompétent — d'afficher qu'on bosse le premier jour de ses vacances.)
J'attends la visio. J'ai tout préparé, éclairage inclus (lol). Las, problème technique, la vidéo n'aura jamais lieu. Cela m'aura fait perdre une bonne demi-heure.

Valises. Il paraît qu'il fera froid la semaine prochaine. Sous-vêtements et grosses chaussettes. Et une bouteille de vin à offrir, quand même.

Alice in Borderland

Couchée à cinq heures du matin à regarder Alice in Borderland, dont je devrais vérifier si elle (la série) a été diffusée avant ou après Squid Game mais dont il est à peu près évident qu'elle date d'avant (moins politique, davantage jeu vidéo et dépression adolescente).

En toute logique, levée à dix heures, ce qui est agaçant car réduit considérablement la journée.
Qu'est-je fais aujourd'hui? J'ose à peine avouer que j'ai travaillé, utilisant mes vacances pour mettre à jour mon boulot en retard et en particulier à classer et archiver ma boîte mail, en prenant grand soin de ne jamais répondre à un mail puisque je suis en vacances et que l'agent d'absence est activé. Saison 2 d'Alice.

Passé en fin de journée à Fontainebleau pour récupérer deux livres livrés dans un mauvais point Relay, dîné à Fontainebleau dans un restau vietnamien.
J'écris devant le dernier épisode de la saison 2 d'Alice in Borderland dont j'ai le plaisir de constater qu'il se termine par un jeu de croquet avec la reine de cœur.
Je n'ai pas fait de grec aujourd'hui.

Ce que j'ai appris aujourd'hui

Les lapins aiment le jus d'ananas.

Level up

Levée tôt. Commencé un relevé des photos postées sur Télégram durant 2022, dans l'hypothétique ambition de reconstituer l'année de tous les billets que je n'ai pas écrits.

Puis petit déjeuner, derniers emballages de cadeaux, j'ai terminé I'm not okay with this et commencé Alice in Bordeline, valise, repas léger, départ.

Autoroutes, hôtel à Blois — l'hôtel installé dans un ancien couvent, à côté du restaurant ouvert par Christophe Hay (à cause de travaux dans la salle de bain il est difficile de loger chez mes parents).

Un tour dans la piscine (piscine faite pour nager, toute en longueur — eau presque trop chaude dès qu'on nage) puis chez mes parents.
Ma sœur est là, échange de cadeaux. Je reçois des chaussettes chauffantes (pour le planeur en montagne, avec des batteries à conserver dans une petite poche sur le côté) et de la confiture de tomates vertes.

Deux bouteilles de champagne et beaucoup de gougères, l'une des spécialités de papa. Nous circulons tant bien que mal entre les sujets de conversation sans trop nous disputer. Je ne sais pas pourquoi c'est toujours compliqué. Cela ne devrait pas être compliqué.

En y réfléchissant, je crois que nous ne nous sommes pas souhaités bonne année, et ce n'est peut-être pas plus mal. Depuis 2020, chaque année fait regretter la précédente.
Il ne faut pas trop y penser. Armons-nous de courage.

Malade

Sortie en huit. Entraînement en huit mixte pour la course du 11 décembre. Je suis au sept, à babord. Le bateau n'est pas désagréable, mais ce n'est pas le plaisir que nous avions à ramer ensemble.

H. tousse beaucoup, il a réellement attrapé froid hier.
Les billets et commentaires du blog Alice du fromage sont utilisables sous licence Creatives Commons : citation de la source, pas d'utilisation commerciale ni de modification.