Alice du fromage

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 3 décembre 2020

Les gens qu’on aime : #3 quelqu’un qui nous fait rire

Puisque je lis Matoo, j'ai découvert le défi du Dr CaSo: «quelqu'un qui…»

Aujourd'hui, quelqu'un qui me fait rire. Là, ce n'est pas une personne mais un groupe: les oulipotes, les oulipiens, la bande des jeudis de la BNF et de la pizza subséquente.

rires entre amis de l'oulipo, 18 juin 2015

Sophie, Nicolas, Elisabeth, Dominique dans le miroir, Gilles et Maurice à l'autre table… Nous ne sommes jamais le même nombre, nous ne parlons jamais des mêmes sujets, parfois c'est sérieux, parfois c'est drôle, parfois ça cancanne, parfois c'est triste (le temps qui passe, la famille, la santé, tout ça). Ce sont des amis merveilleux par leur culture, leur humour, leur gentillesse.
J'ai l'impression de les connaître peu parce que ce sont mes amis les plus récents: une douzaine d'années, mais finalement dix jeudis par an depuis plus de dix ans, et deux ou trois dimanches chez Nicolas, et autant chez Alain… Ce sont finalement les amis que je vois le plus souvent. Et nous rions beaucoup.

lundi 30 novembre 2020

Les gens qu’on aime : #30 quelqu’un de très intelligent

Puisque je lis Matoo, j'ai découvert le défi du Dr CaSo: «quelqu'un qui…»

Aujourd'hui, quelqu'un qui est très intelligent : Gilles, GEF pour les intimes.

Je suis embarrassée de parler de lui parce qu'il n'est pas seulement très intelligent, mais aussi très modeste. Je pense que ça l'embarrasserait beaucoup d'apparaître ici et dans cette catégorie (parfois je me demande s'il sait qu'il est intelligent) et donc ça m'embarrasse de parler de lui.

Je vais donc le faire brièvement.

GEF fait partie des oulipiens avec qui je mange une pizza après les jeudis de l'Oulipo. Il a quelques défauts : il ne boit pas et n'aime pas la cuisine exotique, ce qui nous empêche de manger au très bon restaurant vietnamien proche de la TGB.
A part ça…

Je me souviens de la fois où il ne pouvait pas venir ou écrire ou je ne sais, «parce qu'il avait une urgence avec un trou noir».
Une urgence avec un trou noir? Mais comment un trou noir peut-il être urgent? Il est à des années-lumières, évolue sur des milliards d'années…
(Réponse : il s'agissait d'une communication à terminer pour un colloque.)

Je me souviens de la fois où il nous a expliqué comment les frères Bogdanoff avaient écrit leurs thèses de doctorat. C'était hilarant, je n'ai pas osé le raconter ici car cela frisait la diffamation (de ma part, dans la mesure où je rendais le récit public). En un mot, les scientifiques spécialistes de certains sujets recevaient des coups de fils et la conversation s'engageait sur le mode «prêcher le faux pour savoir le vrai». Le résultat de ces conversations se retrouvaient dans les thèses.

Je me souviens de lui parlant de son père médecin parcourant les rues d'Alger à vélo pendant la guerre: «Personne n'a jamais tiré sur lui».
Je me souviens de son désarroi quand il a dû disperser la bibliothèque de ses parents après leur mort: «Pas de place».
Cœur fendu.

Le truc qui m'épate : il connaît (ils échangent des mails amicaux) Douglas Hofstadter.

GEF et son ami Nicolas sont des oulipiens canal contraintes dures. Pour en avoir une idée, explorez ici. Qu'il soit aussi habile avec les mots qu'expert dans les étoiles tout en étant un mélomane accompli… ça fait beaucoup pour un seul homme.

Voici la copie d'écran d'un poème que l'on peut décaler vers le bas. L'original est ici.

poèmes de Gilles Esposito-Farèse glissant le long d'une diagonale


(J'aurai pu parler de Nicolas. C'est encore pire d'une certaine façon (je veux dire plus impressionnant), ceux qui le connaissent savent pourquoi. Mais une pudeur me retient.)

Mains caleuses

A force de me laver les mains à cause de la poussière qui couvre les objets que nous déplaçons, mes mains sont si rugueuses que les Touch ID de mon téléphone ou de mon ordinateur ne lisent plus mes empreintes digitales.

dimanche 29 novembre 2020

Traces du temps - 4

Oublié lundi, mercredi, vendredi, et mardi j'étais à Nantes. Donc trois jours seulement cette semaine.

arbres en automne vus de la fenêtre arbres en automne vus de la fenêtre arbres en automne vus de la fenêtre



L'impact de la lumière est toujours aussi étonnant. Jeudi, j'ai pris une photo beaucoup plus tôt, vers 8h40, avec la lumière rasante du soleil levant.

arbres en automne vus de la fenêtre



Peut-être parce que Patrick a noté mardi que Jean et lui regardaient ensemble Six Feet under, j'ai relancé la série cet après-midi. C'est fou ce que je m'en souviens bien.

Il ne reste plus beaucoup de cartons à faire. Les deux week-ends prochains devraient y suffire. Ce matin nous avons placé les meubles sur les plans. C'est la partie la plus fun. J'espère que nous n'avons rien oublié.
Difficile de faire tenir autant d'étagères sur aussi peu de murs, surtout que le dernier étage est mansardé et que les étagères ne peuvent tenir que le long de l'arête centrale du toit.

Les gens qu’on aime : #29 quelqu’un qui a des enfants

Puisque je lis Matoo, j'ai découvert le défi du Dr CaSo: «quelqu'un qui…»

Aujourd'hui, quelqu'un qui a des enfants : Catherine.

Pourquoi Catherine ? J'aurais pu prendre beaucoup d'autres personnes, presque tous mes amis ont des enfants. J'ai juste envie de parler de Catherine.
J'aime beaucoup Catherine et David car ils ont un humour qui décoiffe et une façon courageuse de faire face à ce qui les blesse ou leur déplaît.
Nous ne les voyons jamais, peut-être tous les cinq ans, mais elle m'écrit de vraies lettres, sur plusieurs pages, pleines d'énergie, une ou deux fois par an.

A l'origine, c'est une amie, ou plutôt son mari est un ami, du frère de H. Elle est d'origine modeste, et parmi ses loosers de frères1, elle est la seule à avoir fait des études, des études suffisamment brillantes pour être en hypokhâgne à Paris. A un moment donné, je ne sais plus ni pourquoi ni comment, elle s'est retrouvée chez nous, à Aubervilliers. Je sais que nous l'avons aidée, car cela l'a tant touchée2 qu'elle nous le rapelle souvent, mais il est fort possible qu'au départ ce soit elle qui nous aidait en venant faire du baby-sitting.

La première fois qu'elle a passé le concours de l'ENS, elle a été admissible et admise à redoubler dans l'une des plus prestigieuses prépas de la capitale. Elle l'a abandonnée à Noël pour rejoindre son copain (futur mari) à Tours.
Ils tiraient le diable par la queue. Elle me racontait comment ils économisaient sur le chauffage et l'eau en attendant de toucher la bourse à laquelle elle avait droit, ne prenant plus le bus pour économiser le prix du ticket.
Elle a eu l'agrégation de Lettres («grâce à l'allemand», disait-elle modestement) et elle et David ont eu un poste au centre de la Bretagne, se rapprochant lentement de la mer jusqu'à arriver à Lorient.

Leur aîné est né en septembre 1998. Trois amies très chères ont eu des enfants fin 1998: Jacqueline, Christine (dont j'ai parlé plus haut, ou plus bas) et Catherine. Et moi.

Le deuxième est né le 10 septembre 2001. Vous imaginez. Comme dirait David, en mimant: «Nous, on était tout "Youpii!!" — bras dansant en l'air — et tout le monde autour était "bouhouuh"» — épaules tombantes bras au sol.

La troisième… la troisième est une fée. Normal, ils l'ont appelée Mélissandre. Elle ressemble à une fée, la blondeur, le sourire, la sveltesse. Elle devait avoir huit ans la dernière fois que je l'ai vue. C'était également la première fois. J'avais été soufflée de voir une enfant correspondre aussi bien à son prénom.

photo à venir un jour



Note
1 : loosers : traîner au chômage en se faisant entretenir eux et leurs copines par leur mère célibataire tout en traitant Catherine d'intello.
2 : est-ce parce que personne ne l'avait jamais aidée ? ou peut-on juger les gens sur leur capacité à être reconnaissant ?

vendredi 27 novembre 2020

Champagne !

Interruption de mon régime très strict pour boire à la santé du premier contrat de travail de O.

Après-midi au loft pour prendre des mesures (le lave-linge est un peu trop large, nous avons trouvé où mettre les étagères de poche) et des renseignements (le gaz, l'électricité, le chauffage, le poêle, etc).
Que ce loft est lumineux. Il est splendide.

Le propriétaire partait ce soir pour Bayonne, il reviendra pour signer le 18. Lui et sa compagne sont totalement épuisés.


————————

Tome 6 de Golden Kamui.

J'ai quasi-terminé la mise en carton du grenier. Il doit en rester un, à peine. Je continue The Handmaid's Tale. SF glauquissime. Est-ce que cela envisage un réaction à venir contre le féminisme ou constitue une attaque en règle contre la Bible ou les deux?

Les gens qu’on aime : #27 quelqu’un qui aime les animaux

Puisque je lis Matoo, j'ai découvert le défi du Dr CaSo: «quelqu'un qui…»

Aujourd'hui, quelqu'un qui aime les animaux : Alice.

Lorsque nous avons cherché une nounou pour nos deux enfants (en fait il y en avait quatre à garder, une nourrice c'était trop cher pour nous seuls, alors nous nous étions mis à deux familles), j'avais trouvé, après quelques déconvenues, un filon de recrutement: l'assistante sociale du secteur agricole de Grosbois (comment avais-je trouvé cela? je n'en ai plus aucune idée).

Cette assistante sociale cherchait des emplois pour les jeunes filles qui après quelques années comme palfreniers voulaient changer de voie et trouver des emplois aux horaires plus normaux, à la charge physique moins importante.
Il y a d'abord eu Diane. Quand nous lui avons annoncé une amplitude horaire de quasi douze heures, et que sa seule question incrédule a été: «je ne vais pas travailler le week-end?», nous avons eu honte.

Après Diane (qui a trouvé une place en crèche et qui était toute gênée de nous l'annoncer, à qui nous avons dit de d'abord penser à elle), nous avons eu Alice.

Alice, je n'ai toujours pas compris. Je n'ai toujours pas compris son énergie. Elle avait vingt ans, un bébé de six mois, François, qu'elle allaitait. On lui a dit de venir avec (je ne me vois pas faire garder mes enfants en demandant à une jeune femme de se séparer du sien). Elle gardait nos trois, six ans, trois ans, trois mois, plus le sien, elle allaitait, elle faisait les courses et les repas. Elle était contente parce qu'on lui apprenait à se servir de la cocotte-minute, elle apprenait la cuisine de base avec nous. Son compagnon était lad-jockey à Grosbois, le centre d'entraînement de Vincennes (dans les films de Gabin, c'est souvent ce champ de courses qu'on voit). Alice emmenait les enfants là-bas, c'est là-bas qu'A. a monté à cheval pour la première fois.

Elle nous a quittés, en larmes, parce que son compagnon était muté en Seine-et-Marne. Nous lui avons rédigé sa petite annonce, l'avons boostée (lui faire comprendre quel trésor son énergie et son sourire représentaient pour une famille), lui avons donné des conseils (déposer ses annonces chez le pharmacien, le médecin).
Elle a si bien réussi à retrouver une place qu'elle l'a abandonnée pour en prendre une avec des jumelles à garder: la place précédente n'était pas assez compliquée. (Ça m'a impressionnée et fait rire.)

Elle adorait les animaux. En 2014, je l'ai retrouvée par une recherche internet (je me demande comment. Elle avait changé de nom et son mari n'était pas le père de François). A l'époque son couple avait un élevage de chiens. Aujourd'hui ils se sont reconvertis dans la pension pour chats et chiens, ainsi que dans les cours d'agility. L'étude de son profil FB montre en outre des chevaux, des poneys.
Vous pouvez voir le sourire d'Alice ici. Il n'a pas changé.

A l'occasion nous passerons la voir, même si cette idée m'intimide.

lundi 23 novembre 2020

Les déménagements, c'est comme le covid

On met le non-essentiel en carton, on ne garde à l'extérieur que l'essentiel, le dentifrice, les slips, les assiettes, les casseroles. On regarde autour de soi, on se dit que finalement, on pourrait vivre comme ça, que tout ce qu'il y a dans les cartons est inutile, et on se sent malheureux comme les pierres devant ces étagères vides d'où a disparu tout ce qui faisait le bonheur de vivre.

Il va falloir tenir trois semaines dans ce désert.


Fini ce soir le dernier carton de livres. Soixante-dix, soit cinq mètres cube environ.

dimanche 22 novembre 2020

Les gens qu’on aime : #22 quelqu’un qu’on a aimé mais qui ne nous aimait pas en retour

Puisque je lis Matoo, j'ai découvert le défi du Dr CaSo: «quelqu'un qui…»

Aujourd'hui, quelqu'un qu'on a aimé mais qui ne nous aimait pas en retour.
Là, c'est facile: Rémi. On a commencé en s'engueulant, on a terminé en s'engueulant — et au milieu on s'engueulait, mais amicalement.

La première fois c'était lors de l'AG de la SLRC en avril 2003. Il nous a tenu un discours, un plaidoyer, il venait de se disputer avec RC et il venait s'expliquer. Je lui ai dit que pour parler autant il était soit avocat soit vendeur de voitures.
(Il était avocat, je l'ai su plus tard. Lol.)
J'ai demandé à ma voisine: «Mais pourquoi est-il si énervé?»; elle m'a répondu comme une évidence: «Mais il n'est pas énervé».

On s'est beaucoup engueulé sur le forum de la SLRC. Il m'a vexée en se moquant de moi alors que je commençais juste à écrire sur la SLRC et à commenter l'œuvre en n'étant pas bien sûre de moi (après tout je n'avais jamais fait ça).
Il m'a fait parvenir un exemplaire de La campagne de France non expurgé après que j'eus exprimé sur le forum le regret de ne pas posséder ce volume. A ma grande surprise il m'a invitée à un vernissage de Marcheschi (mars 2004? en recevant l'invitation j'ai cru qu'il s'était trompé de personne). J'ai découvert qu'il était très drôle, qu'il avait une façon touchante de douter de lui-même tout en pouvant être extrêmement catégorique. J'adorais discuter avec lui, il avait l'esprit vif et ironique, j'apprenais beaucoup, on s'amusait comme des fous (tout au moins moi. Lui je ne sais pas).

On se disputait des nuits entières sur le forum à propos de fiscalité (ça emmerdait sans doute tout le monde), il m'a beaucoup appris sur la façon d'argumenter: au début je répondais à tout, je reprenais ses arguments, je répondais à chacun, avec bonne foi, en nuançant, en pesant le pour et le contre. L'honnêteté intellectuelle, quoi.
Puis j'ai analysé sa façon de répondre et j'ai fait comme lui: avancer à la machette dans le discours de l'autre en ne répondant qu'à ce qui me convenait, en me moquant, en tournant en ridicule. C'était sanglant.
Je pense que de l'extérieur personne ne pouvait comprendre qu'on s'entendait bien et que c'était un jeu intellectuel. Dans un sens ça m'a desservie dans les joutes amicales (sur FB par exemple) car je ne crois plus qu'à l'attaque enragée et personne n'a le cuir de Rémi pour encaisser cela, mais dans un autre sens ça me sert bien face à des adversaires. Je ne fais pas de quartiers et c'est plutôt amusant.

Un jour il m'a fait plaisir en me disant à propos de RC: «Vous êtes sa seule lectrice».

Tout cela s'est mal terminé. Il n'a jamais tenu qu'à RC. Il s'est servi de moi pour se réconcilier avec lui (je le savais, mais quand même…). Il a approuvé le soutien de RC à Marine Le Pen en mai 2012 en le justifiant par la fusillade de Mohamed Merah et la montée de l'antisémitisme. Je ne comprenais pas (je ne comprends toujours pas) comment quelqu'un d'aussi intelligent pouvait avoir aussi peu d'instinct moral (ce n'est pas rare, pourtant, mais en général, je ne croise pas ce genre de personnes, donc ça m'étonne toujours).
Comme je tenais à lui, j'ai décidé de faire avec. On parlait d'autre chose.
Puis, en bon avocat obsédé par la procédure, il a voulu que je censure quelque chose que j'avais écrit sur la SLRC, au prétexte que cela pouvait nuire à RC dans une procédure judiciaire en cours. J'ai refusé.

Alors il a attendu la prochaine AG de la SLRC à laquelle je n'assistais pas (quatre mois plus tard, en janvier 2013). Il en a profité pour faire censurer le commentaire qui ne lui convenait pas. Il n'a pas eu l'élégance de me prévenir de cette soi-disant décision de l'AG (j'ai été prévenue par un mail automatique), il m'a menti en disant qu'il y avait eu vote à l'unanimité alors qu'il n'y avait pas eu de vote (je pense d'ailleurs que lors de l'AG personne ne savait de quoi il parlait, mais entre ceux qui l'aiment et ceux à qui il fait peur, personne ne s'oppose à lui).
L'impolitesse et la brutalité du procédé m'ont fait sortir de mes gonds. Je l'ai pourri et on ne s'est plus parlé. Fin de l'histoire.

samedi 21 novembre 2020

Traces du temps - 3

Du 16 au 22 novembre entre neuf et dix heures du matin, hors jeudi 19.

arbres en automne vus de la fenêtre arbres en automne vus de la fenêtre arbres en automne vus de la fenêtre
arbres en automne vus de la fenêtre arbres en automne vus de la fenêtre arbres en automne vus de la fenêtre


Dernier train pour Busan. Une histoire de zombie pendant que je blogue. La Corée du sud ne porte pas les traders dans leur cœur. Sacrifice pour les autres ou chacun pour soi: les périodes de crise dévoilent les pulsions habituellement dissimulées — même s'il y a des indices même en périodes calmes.

Le Marginal. Ce que je préfère, ce sont les voitures et les rues de Paris.
L'héritier (Netflix enchaîne). Rien compris. Mais je fais autre chose en même temps.
Peur sur la ville.

jeudi 19 novembre 2020

Jean

Jean est mort la nuit dernière.

C'était un homme pieux, spécialiste de Claude Mauriac et grand diariste, à la fois lecteur et auteur de journal. Il lisait mon blog et ces deux dernières années, j'ai eu parfois des remords quand je n'écrivais pas parce que je savais qu'il attendait de mes nouvelles.
Je luis avais promis de lire Le Temps immobile. Je n'ai pas tenu ma promesse, je n'en suis qu'à la moitié.

En apprenant sa mort, j'ai repensé aux derniers mots de la femme d'Antoine: «Tout va bien se passer».

Nous étions allés à Plieux en septembre 2010. J'aime beaucoup cette photo sur fond de champ moissonné. Je le protégeais du soleil pour qu'il puisse prendre des photos.

mercredi 18 novembre 2020

Les gens qu’on aime : #18 quelqu’un qu’on a connu quand on était jeune

Puisque je lis Matoo, j'ai découvert le défi du Dr Caso: «quelqu'un qui…»

Aujourd'hui, quelqu'un qu'on a connu quand on était jeune.
Ça c'est difficile. Il ne reste plus grand monde. De la primaire et le collège personne, sauf trois ou quatre personnes que j'ai retrouvées au lycée, allemand première langue oblige. J'ai conservé un moment des liens avec des amis du lycée. Nous avions même réussi à organiser les dix ans de notre bac, comme dans la chanson de Bruel, vingt-et-un élèves présents sur vingt-quatre.
Mais c'était toujours moi qui prenais des nouvelles et envoyais des lettres la première, et quand sont arrivés les blogs et la SLRC, j'ai laissé tomber: s'ils voulaient conserver des liens, qu'ils écrivent, moi j'avais désormais à lire, des gens passionnants à suivre en toute gratuité.

Plus tard, il y a cinq ou six ans, j'ai retrouvé Christine sur Facebook. Ça m'a fait bigrement plaisir car c'est quelqu'un d'adorable, le cœur sur la main.
Elle détonne un peu parmi mes amis avec ses bougies et ses chatons mais ce n'est pas grave. On ne se parle pas vraiment, on se met des "j'aime" et des "cœurs", elle me tague sur des photos de cheval et d'aviron. Elle est du genre a faire circuler deux ou trois fois à un an d'intervalle la chaîne du "sang A négatif pour l'hôpital de Nantes". Dans ces cas-là je lui écris pour lui signaler que c'est un hoax.

Je l'ai connue en seconde. Nous étions dans la même classe. Je ne sais plus très bien comment nous avons fait connaissance, je n'ai jamais été très liante IRL. L'équitation, peut-être, ou l'Afrique où elle aussi avait passé son enfance.
Elle voulait être sage-femme. Elle a raté son bac mais réussi l'examen d'entrée à l'école des sages-femmes. A mon grand bonheur, elle a mis cette très belle photo sur Facebook.

Christine en train de s'occuper d'un nouveau-né


Aujourd'hui elle s'est reconvertie et tient un gîte dans les Pyrénées. L'un de mes souhaits très chers est d'aller la voir. J'ai cru y parvenir cet été, mais il aurait fallu des vacances plus longues. Ce sera plus facile après le covid.

mardi 17 novembre 2020

Les gens qu’on aime : #17 quelqu’un qu’on n’a fréquenté que peu de temps

Puisque je lis Matoo, j'ai découvert le défi du Dr Caso: «quelqu'un qui…»

Aujourd'hui, quelqu'un qu'on a fréquenté que peu de temps. J'ai cherché, car il y en a beaucoup, mais il faut prendre quelqu'un qu'on n'a pas oublié. J'ai choisi Rodolphe, parce qu'il est associé à de très bons souvenirs et que nous n'avons jamais réussi à vraiment l'apprivoiser, il est toujours resté distant.
Nous l'avons fréquenté trois ou quatre mois, le temps qu'a duré le cours. Puis il a disparu de nos vies.

J'aimais bien ses bouclettes et son côté mystérieux, très discret.

Je ne suis pas exactement sûre de ce que je vais raconter. Il suivait les cours de Daniel Ferrer sur James Joyce avec nous. Il venait du Massif Central, et c'est par lui que j'ai appris que James Joyce y avait séjourné. Rodolphe venait-il de St-Gérand-le-Puy? Je ne me souviens plus. Je crois qu'il nous avait parlé de Lucia Joyce; à l'époque une recherche google avait donné un résultat, mais aujourd'hui beaucoup de blogs de 2010 ont disparu et le nom de Lucia Joyce mène désormais à une pièce de théâtre.
Ou peut-être Rodolphe n'a-t-il pas parlé de Lucia mais de Stephen, le petit-fils qui aujourd'hui donne tant de fil à retrordre aux spécialistes (car il les empêche de travailler).


Tlön, Rodolphe et moi- pause après un cours de Daniel Ferrer sur Joyce
Rodolphe, mars 2010, entre Tlön et moi. Patrick photographe est présent par sa béquille.


lundi 16 novembre 2020

Les gens qu’on aime : #16 quelqu’un qui a les cheveux noirs

Puisque je lis Matoo, j'ai découvert le défi du Dr CaSo: «quelqu'un qui…»

Aujourd'hui, quelqu'un aux cheveux noirs. S'imposent aussitôt à mon esprit ma belle-sœur (épouse du frère de H.) et ma nièce, sa fille, Claire.
Toutes les deux ont de magnifiques cheveux noirs, assortis à leurs yeux. Claire combine l'élégance, la gentillesse et l'intelligence.

ma nièce aux cheveux noirs


La photo date de 2012 : nous ne nous voyons pas souvent. Sans doute à cause de toutes ces qualités, ses parents ne tiennent pas à ce que les cousins se fréquentent, au grand regret d'O. qui aime beaucoup sa cousine qui a une semaine de moins que lui.

Peut-être à tort, peut-être est-ce entièrement parano, mais j'ai l'impression que nous sommes méprisés parce que nos trois enfants ont planté leurs études alors que Claire a depuis toujours un parcours exceptionnel.

En réalité je sais que cela n'a rien à voir, c'est beaucoup plus général. Le frère de H. a coupé les ponts avec toute sa famille; par exemple il ne vient jamais aux réunions de famille annuelles. Son père — mon beau-père — me fait de la peine. Chaque année son fils lui promet de venir, chaque année mon beau-père le croit, chaque année son fils décommande au dernier moment avec une excuse plus ou moins crédible, et mon beau-père l'excuse auprès du reste de la famille qui, elle, ne se fait pas d'illusion.

dimanche 15 novembre 2020

Traces du temps - 2

Du 9 au 15 novembre entre neuf et dix heures du matin, hors samedi 14. Les variations de couleurs en fonction de la lumière sont impressionnantes.
Entre le 9 et le 10 il y a eu beaucoup de vent et le grand arbre de l'arrière-plan a perdu toutes ses feuilles en une nuit.
Le 11 novembre il faisait un temps de 11 novembre.

arbres en automne vus de la fenêtre arbres en automne vus de la fenêtre arbres en automne vus de la fenêtre
arbres en automne vus de la fenêtre arbres en automne vus de la fenêtre arbres en automne vus de la fenêtre


Passé la journée sur mon devoir wordpress. Je ne suis pas arrivée au bout, j'ai abandonné vers minuit. Demain je demanderai un délai jusqu'à mercredi.

Les gens qu’on aime : #15 quelqu’un qui nous a donné quelque chose de précieux

Puisque je lis Matoo, j'ai découvert le défi du Dr CaSo: «quelqu'un qui…» (voir les commentaires du blog de CaSo : ses lecteurs y racontent directement leurs souvenirs sur le thème du jour).

Aujourd'hui, quelqu'un qui nous a donné quelque chose de précieux: Bladsurb.

Bladsurb m'a donné un livre de Claudel dédicacé par Barthes à sa grand-mère (la grand-mère de Bladsurb).
Le livre est dans un carton de déménagement: vous aurez sa photo plus tard.

Voilà comment Laurent m'a présenté ce précieux cadeau en DM sur Twitter:
"Chez moi, il prend la poussière, et il n'intéresse personne dans la famille. C'est chez vous que j'ai vu le nom de Lacape, qui est le nom de jeune fille de ma grand-mère (et de sa soeur Andrée, chez qui Barthes jouait au piano dans les années 40) et je pense du coup que vous êtes plus à même que n'importe qui dans la famille de profiter des significations multiples de cette dédicace."

Ma grand-tante Andrée Lacape était professeur de piano à Bayonne. Je ne sais plus (mais l'ai-je su ?) comment Barthes et elle ont fait connaissance, mais pendant une époque (quand il travaillait à Biarritz, ville voisine ...), il venait régulièrement chez elle jouer du piano et discuter. Alors même que Andrée était bossue et n'avait pas un physique facile, sa "liaison" avec un jeune professeur sans le sou ni avenir (et maladif qui plus est !) n'était pas vraiment bien vue par le reste de la famille. On ne sait pas quel était le deuxième livre (s'il était dans le même état et sans dédicace, il n'a sans doute pas survécu au passage des années et aux filtres multiples des déménagements et vidages de maison).


Bonus: les suggestions musicales de Bladsurb pour Inkoktober.

samedi 14 novembre 2020

Les gens qu’on aime : #14 quelqu’un qui est un·e voisin·e

Je ne connais pas Dr CaSo, mais quelques instants m'ont permis de comprendre que son pseudo est construit autour des noms de deux chats très aimés et disparus et d'apprendre qu'elle habite au Canada, où il fait encore plus nuit que chez nous.
Pour lutter contre la morosité, elle a lancé un défi, un défi qui d'après le titre de son billet devrait porter sur les gens qu'on aime mais qui en fait se décline en «quelqu'un qui...»
J'avais spontanément traduit «les gens qu'on aime» en «ami», mais finalement les gens qu'on aime ne sont pas toujours des amis, ou du moins on n'en sait rien, si ami implique une certaine réciprocité et une certaine loyauté.

Dr Caso a établit une liste de trente personnes présentant trente caractéristiques. Il faut faire un billet chaque jour en fonction de la caractéristique du jour. Je pourrais commencer à 1 «quelqu’un qui habite loin», mais comme nous sommes le 14, je commence par «quelqu’un qui est un.e voisin.e», ce qui ne manque pas de sel pour ceux qui suivent mes dernières péripéties.

Je ne vais pas avoir beaucoup de choix. Personne pendant mes années de collège et de lycée (je n'aimais pas spécialement la voisine — en fait il est bien possible que nous nous soyons détestées), personne en cité U où je faisais des études trop loin pour connaître qui que ce soit avec mes horaires décalées et dans la maison où je vis depuis vingt ans ça vient de tourner à la cata.

Je vais jeter mon dévolu sur Gilbert.
Lorsque nous sommes arrivés à Paris, nous avons trouvé un deux pièces au troisième étage à Aubervilliers, métro quatre chemins. Notre propriétaire était médecin à la retraite, il venait de céder son cabinet du premier étage à un jeune médecin juif, Gilbert A.

C'était un juif comme je n'en connaissais pas, du genre à avoir une mezouzah à l'entrée (je ne savais pas ce que c'était), deux vaisselles, une pour le lait et une pour la viande (ceux que j'avais fréquentés au Maroc était beaucoup plus laxistes) et six enfants avant trente ans. Il était attentif, disponible, fatigué. Il recevait sans rendez-vous jusqu'à des heures impossibles, il nous téléphonait après le dernier patient pour que nous n'attendions pas dans la salle d'attente et nous descendions en pyjama les deux étages jusqu'à son cabinet.
Il a beaucoup soigné C. que la pollution rendait malade — cela a joué sur notre exil en banlieue en dehors de la cuvette parisienne. Quand il n'était pas disponible j'avais sa femme au téléphone; avec ses six enfants elle avait toujours un conseil de bon sens à prodiguer à la primipare que j'étais.

Gilbert est monté tous les soirs me faire une piqûre lors d'une terrible angine où il fallait changer les draps chaque nuit tant j'avais de fièvre.
Chaque fois que l'hiver il fait très beau et très froid je pense à lui: il n'aimait pas ces jours-là, des jours à accidents graves de moto, m'avait-il dit. Il m'avait dit aussi, un jour que ses enfants étaient malades les uns après les autres: «c'est terrible d'être médecin dans ces cas-là. Ils vous regardent et ils ne comprennent pas que je ne puisse rien pour les guérir magiquement.»

Il savait qu'il avait perdu de la clientèle parce qu'il était juif. Il m'avait fait rire en déclarant: «ce n'est pas grave, de toute façon je ne soigne pas les antisémites».

Je viens de vérifier, il exerce toujours au même endroit. Je devrais lui faire signe, lui donner des nouvelles de C, prendre des nouvelles de sa famille.

vendredi 13 novembre 2020

Cartons

Nous avons reçu presque deux mètres cubes de cartons : deux fois cent, des petits et des grands. Ou plutôt des grands et des très grands. Six cartons par jour pendant trente jours, à partir du 15 novembre.

Impatients, nous en avons fait trois ce soir et vidé les étagères des WC.

étagère WC rouge vidée d'un carton

Les cartons destinés aux livres nous laissent dubitatifs, ils nous paraissent trop grands et donc trop lourds.


les trois premiers cartons du déménagement

Enfin bon, laissons faire les professionnels.

Complotiste

J'appelle AC pour les quatorze ans de son dernier.
Elle habite St-Brieux et est divorcée depuis deux ou trois ans. Elle me raconte que son ex — que nous connaissons bien — vire totalement complotiste. Il y avait des prémices, une tendance anti-vaccin. Maintenant qu'il ne travaille plus (dépression), il passe son temps à envoyer des liens sur le complot du Covid à l'ensemble de sa famille — et comme il n'y a pas de hasard, également des liens sur la fraude dont Trump est victime.
En un mot, il s'est brouillé avec tout son entourage.

— Je vais dîner chez lui ce soir pour fêter l'anniversaire avec les garçons. Il faut que je reste calme.
— Il faudrait trouver un autre sujet de conversation. (Me souvenant qu'il est amateur de fruits de mer) Tiens, vous pourriez parler de la pêche aux coquilles Saint-Jacques, il paraît qu'elles sont très grosses cette année.
— Est-ce que ce ne serait pas de la faute de Bill Gates ?

jeudi 12 novembre 2020

H. tolstoïen

Mark Hamill a twitté le visage des trois présidents Obama, Trump, Biden en reprenant les titres des trois StarWars originaux


Mark Hamill (mauvais acteur mais twittos parfait) a twitté le visage des trois présidents Obama, Trump, Biden, en reprenant les titres des trois StarWars originaux.
Cela enchante H. quand je le lui montre. Je l'interroge :
— Et après, qu'est-ce qui se passe?
— Comment ça, après?
— Il n'y a pas de films qui se passent après, qui racontent la suite?
— Ah oui… Ça se passe mal.
Et comme je fais la moue:
— Qu'est-ce que tu veux, sinon il n'y a pas de film.

***********************

J'ai oublié de noter (c'est sans doute important pour la suite, donc je le note) que mardi Apple a présenté un microprocesseur révolutionnaire (H., ravi et estomaqué: «ils sont revenus aux sources de l'informatique!») qui embarque sa propre mémoire et sa propre carte graphique (si j'ai bien compris). C'est beaucoup plus puissant en consommant trois fois moins.
Il est possible que les expérimentations aient été menés depuis des années à l'intérieur des iPhones dont les puces sont quasi inconnues. En fait, j'en suis à me demander pourquoi on ne se sert pas de nos téléphones comme ordinateurs : on plugguerait un clavier, un écran, une souris, et roule Mimile.

***********************

J'ai craqué : je suis allée me commander de nouvelles lunettes. Suite au vol du 1er octobre, j'utilisais celles d'il y a trois ans mais je fatigue beaucoup trop.
Une semaine d'attente.

mercredi 11 novembre 2020

Manga

Faire un régime strict en temps de confinement est plutôt déprimant. Pratique (on ne voit personne donc c'est plus facile), efficace, mais déprimant.

Des graphiques sérieux et des analyses sur le covid et quelques sujets proches.
Exemple:

graphique de corrélation entre Covid et mesures gouvernementales- source qualitiso.com

J'ai lu les deux premiers tomes de Death Note, un manga qu'O. m'avait recommandé. J'aime bien, le style est nerveux. Soit un carnet abandonné sur terre par un démon de la mort qui s'ennuie. Il suffit d'y écrire le nom de quelqu'un pour qu'il meurt. Il est trouvé par un lycéen qui décide d'éliminer le mal sur terre.

mardi 10 novembre 2020

Chacun cherche son chat

Martin Hirsh, directeur de l'APHP, sur RTL :
— …les gestes barrière… aérer… et son chat chez soi.
— Pardon ?
Silence
— Son sha : solution hydroalcoolique. Pas son chat.



—----------
Il faut que je le note : première annonce d'un vaccin bientôt disponible.

Les Français me fatiguent.
Sondage en octobre par Ipsos.

graphique présentant par pays les intentions de se faire vacciner


lundi 9 novembre 2020

Les jours se suivent

Traduction d'une affichette trouvée sur FB:
Jusqu'à nouvel ordre, les jours s'appelleront désormais ce jour-ci, ce jour-là, l'autre jour, un jour, hier, aujourd'hui et le jour d'après.

Il a fait très beau, presque trop doux. Les blocs de graisse et la mangeoire sont arrivés aujourd'hui. Mais le rouge-gorge n'a pas semblé intéressé. (Tout cela est pour lui: une mangeoire stable, de la nourriture à base d'insectes.) Demain peut-être.



—————
Un annuaire des cabinets de recrutement.

dimanche 8 novembre 2020

Traces du temps

Du premier au sept novembre. J'ai oublié mercredi. La première est plus terne parce qu'il n'y avait pas de soleil.

arbres en automne vus de la fenêtre arbres en automne vus de la fenêtre arbres en automne vus de la fenêtre
arbres en automne vus de la fenêtre arbres en automne vus de la fenêtre arbres en automne vus de la fenêtre


J'espère ne pas oublier les semaines à venir. Dernières photos.

Mis à jour la version de PHP sur OVH toute seule comme une grande. (Il faut dire que d'habitude je me repose sur H.)

Si vous voulez vous amuser, vous pouvez passer ce test, plus large qu'un test de personnalité. Attention, soyez au calme, la dernière partie porte sur de la logique. Le tout doit faire entre vingt et trente minutes.

samedi 7 novembre 2020

Des nouvelles du monde

Joe Biden a gagné, c'est officiel et définitif. Nous avons eu en visio un Nathan ravi et épuisé, incapable de plus rien ressentir. Trois mois qu'il fait du porte-à-porte en Géorgie pour convaincre la population d'aller voter.
Kalama Haaris est également un beau symbole.

Nathan nous a parlé de ses amis au Danemark, cloîtrés, dans la crainte d'une mutation du virus qui remettrait en cause les vaccins en cours d'expérimentation. La lumière tremblotante au bout du tunnel est en train de sérieusement vaciller.

Trump tweete: j'ai gagné de beaucoup (a lot)

Trump tweete qu'il a gagné puis finit par aller jouer au golf.
Twitter contredit le président en faisant remarquer que le décompte des voix n'est pas terminé au moment où ce tweet est publié. Peu de temps avant, des télé américaines ont interrompu la retransmission de discours trumpistes tant ils étaient violents. Tout le monde redoute un déchaînement de violence (les commerçants se barricadent comme devant les gilets jaunes) et les personnes raisonnables tentent d'apaiser les esprits.

vendredi 6 novembre 2020

Misère sexuelle

Les deux mensonges de la première saison de Glee me font interroger la quantité de «suspension d'incrédulité» attendue du téléspectateur:
— une femme ment à son mari en prétendant être enceinte alors qu'elle ne l'est pas,
— une ado fait croire à un garçon qu'elle est enceinte de lui parce qu'ils ont pris un bain ensemble dans une piscine chaude (un jacuzzi? ou what?)

Dans quel monde cela est-il possible? Le premier ne touche jamais sa femme parce qu'elle est enceinte et donc il ne se rend pas compte que son ventre est faux; le deuxième, capitaine de l'équipe de foot américain, a des idées floues sur la conception, mais surtout, il continue à ne pas toucher sa copine (enfin, celle qui l'a élu père) après l'aveu.

Nous sommes sérieusement censés croire ça? En 2009? Même dans une histoire pour ados, ça paraît difficile. A moins que l'Amérique adolescente obéisse aux mêmes tabous que l'Angleterre victorienne?

Je repense à la femme qui a congelé ses bébés sans que personne ne se soit aperçu qu'elle était enceinte.
Après tout, le scénario de la série est peut-être concevable.

jeudi 5 novembre 2020

Le dernier automne

Première gelée.

Je tiens le compte des derniers jours passés dans cette maison.

Nous attendons les résultats de l'élection américaine.

mercredi 4 novembre 2020

Le début de la fin et le début du début

Fini les camionnettes de location et l'appel aux copains: nous déménageons avec des déménageurs (à quoi l'on reconnaîtra que nous avons la flemme, des sous et que nous sommes des vieux kroums).

Afin de demander un devis, j'avais fait une estimation grâce au simulateur en ligne: 80 mètres cubes. Le technico-commercial est passé: 83 mètres cubes. Je suis douée!
Bref, l'entreprise livre des cartons le 12 ou le 13 et je commence à vider les étagères.


-----------------

Je regarde Glee. Onze ans de retard.
Jamais vu une histoire avec autant de menteurs (menteuses en l'occurence).

mardi 3 novembre 2020

La première fois que je me fais accuser de harcèlement

Il y a quelques jours, samedi ou dimanche peut-être, certains ont voulu mettre en trending topic sur Twitter #grevegenerale. Ça m'a paru tellement débile (imaginons si les agriculteurs prenaient cela au mot) que j'ai twitté «j'espère que vous crèverez tous de faim #totalementinconscients».

A mon sens c'était purement descriptif: si tout le monde arrête de travailler, c'est la famine assurée, de la même façon que si nous arrêtons toutes nos centrales nucléaires, nous allons avoir froid.


Cependant, on peut être anarchiste et aimer l'ordre: j'ai été signalée pour harcèlement. Twitter m'a donné un choix digne des meilleurs instituteurs: je retire mon tweet ou je suis bloquée.
Bloquez-moi, ce n'est pas tout à fait comme si Twitter comptait beaucoup dans ma vie. Et puis à l'époque des islamistes, c'est sûr que je suis la personne à surveiller.



           


lundi 2 novembre 2020

Le covid vu par un recruteur du secteur médico-social

— Je suis étonnée, il y a toujours des postes à pourvoir. Je ne pensais pas que ça tournait, j'aurais pensé qu'une fois qu'on était en poste, on y restait.
— Vous savez, c'est mécanique. Il y a six mille établissements en France, il y a toujours des postes, il y en a plus qu'il n'y a de candidats… Et puis en ce moment, il y en a qui quittent. [Petit sourire de celui qui s'excuse de dire des choses tristes] Il y a des administratifs qui se sentent en danger, il y a même des médecins et des infirmières qui s'en vont. Ils sont malades, ils ont peur d'être malades. Là j'ai un poste… ça faisait cinq mois qu'elle l'avait pris… elle est décédée. Dans un EHPAD il y a eu cinquante morts. On a beau avoir l'habitude...
Les billets et commentaires du blog Alice du fromage sont utilisables sous licence Creatives Commons : citation de la source, pas d'utilisation commerciale ni de modification.