Détails de la vie ordinaire

Plus que deux jours, plus que deux jours. C'était bien cette semaine de break, chaque fois que je reste à la maison je fais la liste de tout ce que je vais pouvoir faire, mais malade, je n'ai surtout rien fait.
C'était bien, mais si tout de même je pouvais avancer deux ou trois choses…

Et donc tout en écoutant un podcast sur Mao je reprends l'éternel rangement du dernier étage, le dernier carton de bordel déménagé il y a trois ans, ouvert, éparpillé selon une logique («je vais faire des tas, ce sera plus facile») bientôt abandonnée (mais où ranger cela? aucune idée. Je range ou je jette? Je ne sais pas. Et si je le mets là, est-ce que je retrouverai? Mais quelle importance puisque déjà je ne sais pas que c'est là? Alors je jette? Oui mais non…)
Je range le bac de photos que j'avais ouvert à la recherche de photos de mon beau-père, le repousse sous le lit, passe l'aspirateur (c'est quoi ça? des fourmis au dernier étage?), la serpilière, passe à l'autre partie de la pièce; maintenant que le toit est réparé (du moins je l'espère) je détache la peinture qui part en lambeaux détrempés, c'est dans un drôle d'état, il était temps.

Problème d'ordinateur, voilà plusieurs semaines qu'il rame. Le soir H. lance un examen approfondi à la recherche d'un virus. Ça s'annonce plutôt mal.

Politiquement la confusion paraît à son comble et je ne regarde pas de trop près: j'ai trop peur et je suis fataliste. Dessin du jour: deux personnes sous un parapluie et la légende «Hollande revient»1. (Il s'est présenté en Corrèze en plaçant le «Nouveau front populaire» devant le fait accompli. Celui-ci, pris de court, a hésité à lui donner l'investiture.)

Tout le monde se déchire, les Reconquêtes présentent des candidats face aux RN (ça c'est plutôt positif, ça divise le vote extrémiste), les LR sont séparés entre républicains classiques et extrêmistes récupérés par le RN (Ciotti (je précise tout cela pour dans cinq ou dix ans)), Glucksmann a raté l'occasion de faire renaître de ses cendres une gauche digne et s'est fondu dans le Nouveau Front Populaire (au moins c'est plus joli que NUPES) aux relents antisémites (même si ce n'est plus trop visible en ce moment), la majorité présidentielle essaie de repérer les LR fréquentables pour ne pas présenter de candidats contre eux.
Que disait Maurice, déjà? «C'est le bordel». Ce serait drôle si l'on n'était pas en pleine guerre d'Ukraine.



Note pour bien plus tard, quand tout le monde aura oublié
1: Hollande s'est fait connaître pendant son quinquennat par le nombre de célébrations officielles auxquelles il a assisté, dégoulinant, sous la pluie.

Hommage

Tests Covid négatifs, c'était la condition pour aller au Père Lachaise.
Nous sommes remontés à pied de gare de Lyon à l'entrée rue des Rondeaux, seule accessible puisque les agents du Père Lachaise sont en grève. Nous avons poireauté sur le trottoir longtemps tandis qu'arrivaient les divers groupes, famille, Oulipiens, Pirouésiens, pataphysiciens. Les entrées se font un quart d'heure avant la cérémonie, impossible d'aller se promener entre les tombes en attendant. Un murmure parcourt l'assistance, certains reconnaissent des visages dans le groupe d'en face, dont Olivier Bezancenot: qui donc se fait enterrer là? (Eric Hazan, l'éditeur de La Fabrique. «Il a fait un très bon livre sur Paris», me glisse Alain, mais hélas il y a en a plusieurs, La traversée de Paris, peut-être?

Passage des barrières, indifférence brutale des agents de sécurité (mais pourquoi des agents de sécurité? Ils craignent une émeute lors d'un enterrement? Qui sont ces gens, n'ont-ils aucune common decency? Entendu la question posée à un jeune homme «— Et vous c'est pour quoi? — Je viens chercher les cendres de ma mère.» Plus tard je l'ai vu s'éloigner entre les tombes main dans la main avec une jeune fille, dans une atmosphère d'Italie, ces photos de voie romaine entre les arbres dans une lumière d'après-midi.)

C'est l'entrée des hommages aux soldats étrangers qui se sont battus pour la France, tchèques, belges, italiens, polonais, russes. Monuments.

Crématorium (j'ai enfin compris que le Père Lachaise était le crématorium de Paris. J'étais toujours surprise qu'il y ait tant de cérémonies au Père Lachaise). Fidèles à eux-mêmes, les Oulipiens m'indiquent d'un geste, sur le mur d'en face: «Perec est ici».

Salle de recueillement, auditorium. Le cercueil est en bas, un écran vidéo diffuse des images merveilleuses de Maurice. Mon Dieu, mais quelle touffe de cheveux, noirs, bouclés, entourant une tonsure, quelque chose comme le professeur Tournesol en hippie. Hirsute, magnifique, absurde.
Elisabeth prend la parole la première et nous apprend les derniers mots de Maurice sur son lit de mort, «quatre mots tout simples, une vérité première, une protestation véhémente et une description exacte de la situation dans laquelle il se trouvait, tant du point de vue psychologique que du point de vue pratique ou du point de vue géopolitique. Je dirais même du point de vue philosophique, et bien évidemment pataphysique. [...] : "C'est le bordel"».

Hommages successifs entrecoupés de chansons, populaires ou airs d'opéra, Maurice fredonnait toujours. Il était mathématicien, roi du tiramisu (ai-je goûté son tiramisu? Sans doute que oui, chez Nicolas). J'apprends son engagement aux côtés du FLN (j'aurais aimé qu'il me raconte), des anecdotes sur mai 68 (acheté 600 œufs pour les balancer sur les CRS? Mais voilà à quoi il faut revenir: des œufs, de la farine, des petits suisses. Mettez de la joie dans vos protestations, arrêtez de vous blesser, ce n'est pas un jeu).

C'est avec sa fille que je comprends soudain le point commun des trois derniers enterrements auxquels j'ai assistés: René, mon beau-père, Maurice. «Papa a servi de père à tous les copains copines qui passaient à la maison». Une générosité invisible, naturelle, rassurante. D'en bénéficier faisait découvrir à quel point on en avait besoin et on en manquait. Ils comblaient un manque inconnu, une errance de l'âme.

Un café proche a été réservé. Chacun prend un verre et papote. Patrick nous apprend qu'il s'est renseigné pour se faire enterrer avec ses parents: pas de problème, c'est une concession familiale payée jusqu'en 2041, il y a droit sans l'autorisation de ses frères. Il rit: «la dame de la mairie a été très gentille, elle m'a dit: "surtout, n'oubliez pas de venir la renouveler en septembre 41.» (Il est né en 1948.)

Nous aurons droit à un éclat de la part de policiers: notre attroupement les gêne pour passer, entre la porte du bistro et les tables de la terrasse: «Dégagez le passage, laissez un passage pour la circulation». Ils iront jusqu'à verbaliser un grand type au look gardien de chèvres qui, je suppose, s'abstiendra de faire un esclandre par respect pour la famille.
Mais qui les forme, n'ont-ils reçu aucune éducation à la maison? Le degré zéro de l'empathie. Je n'ose imaginer leur comportement en banlieue avec des moins blancs et moins âgés que nous. Honte sur eux.

Départ. Nous embrassons Babeth, qui nous apprend cette chose réconfortante: la dernière journée de Maurice a été heureuse, il était très heureux de sa journée à la campagne chez Nicolas.

Canard

Nuit blanche à faire le point sur les «événements» de la campagne (meeting, tractage, pots entre militants, collage). Je déclare tout dans un outil dédié, événement «gratuit» (sans frais) ou pas, interne ou avec public, charge au siège de déterminer ce qu'il prend en compte dans les comptes de campagne.

(Pour ceux que ça intéresse: concernant les législatives, c'est différent. Chacun — adoubé ou non par un parti — y va sur ses deniers personnels (généralement un prêt bancaire). Il faut faire au moins 5% des suffrages exprimés pour être remboursé de ses frais de campagne — d'où l'importance d'être soutenu par un parti: à l'exception des municipales (et encore), les gens votent davantage pour une tendance ou un parti que pour une personne. Être soutenu par un parti connu, c'est augmenter ses chances d'atteindre les 5%.)

Je pointe la compta, télécharge des pièces, repère les anomalies. C'est comme du point de croix, minutieux et machinal. J'en profite pour passer sur les comptes du planeur. L'année dernière, chaque fois qu'il y avait un poste de trésorier dans une association ou une fédération, je me suis proposée pour tenir les comptes.

Ce n'est pas que ce soit urgent, mais je n'ai pas sommeil. C'est comme si j'avais perdu le sens du sommeil.

En même temps je regarde d'un œil vague Baby Fever sur Netflix. Il paraît que c'est considéré comme la série danoise la plus drôle depuis longtemps. Bof. L'humour danois est-il de l'humour? (cf. Kierkegaard) Mais il est toujours curieux de voir la diversité des cas possibles des couples et des recompositions familiales.

Dormi de cinq à neuf heures du matin. Coup de sonnette du facteur, impossible de mettre la main sur mes clés (H. est parti en fermant le portail); il me passe un paquet par dessus le portail. Ce sont mes salopettes enfin arrivées. Un immense canard et de grosses fleurs multicolores.

FB, déjeuner, machine à laver, repassage devant les trois premiers épisodes de la quatrième série de The Boys. Ça patine un peu. Que la famille est importante. Ils ont chacun un problème majeur dans leur famille, c'est impressionnant.
Le point intéressant et intriguant, c'est que désormais l'un des Sept a comme superpouvoir l'intelligence. La série paraît définir l'intelligence (outre le pouvoir et le désir d'acquérir des connaissances) comme le don d'observation, de synthèse et de manipulation. Cependant, cette intelligence est souvent désarmée par la bêtise des autres. La Super superintelligente a beau décrypter les aspirations et les faiblesses de chacun, elle se fait court-circuiter par les réactions affectives et émotionnelles des médiocres (y compris Homelander). Comme ils n'agissent pas logiquement, ils sont imprévisibles et nuisent aux plans soigneusement élaborés.
C'est intéressant: à quoi sert l'intelligence, est-ce vraiment un atout face aux crétins?
L'autre kryptonite de l'intelligence est l'empathie, pour ne pas dire l'amour. En un mot, chaque fois que l'intelligence fait face à des décisions non rationnelles, non logiques, elle est désarmée. Cela ressemble à la météo qui prévoit une tempête: elle sait qu'il va y avoir une tempête, mais elle ne sait pas exactement sa force, les courants de vent, la vitesse d'évolution. La bêtise et l'amour sont imprévisibles dans leur évolution.

Puis je commence à ranger le dernier étage. Il faut absolument que je m'entraîne au simulateur de vol. Combien de fois l'ai-je écrit depuis six mois? Si je ne l'ai pas écrit (puisque je n'écris plus beaucoup), je l'ai au moins pensé.

J'ai eu S. au téléphone. Maurice est tombé en arrière en montant dans un train. Anticoagulants quotidiens d'où hémorragie cérébrale.

Maurice

Maurice est mort hier après-midi.
Adieu son humour décalé et ses yeux qui pétillent. C'était le mari discret et inoubliable d'Elisabeth.
Cette deuxième mort (ou ce deuxième mort) m'anesthésie.

Il avait écrit un livre drôle et érudit, sans doute devenu introuvable.

Je ne sais que dire d'autre, il ne faudrait raconter que des anecdotes, peindre à touches rapides. Vous trouverez ici quelques conseils de lecture. Il avait l'art du grain de sel. Je me souviens de son récit concernant Roubaud, qui râlait parce qu'à chaque repas au restaurant tout le monde réclamait qu'il s'occupât de l'addition, au prétexte qu'il était mathématicien:
— Alors, me raconte Maurice, Roubaud finit par abandonner, et de guère lasse s'empare de l'addition pour faire la division. «Bon, combien sommes-nous?»
Maurice me regarde, les yeux pétillants, et conclut:
— On était dix.

Consultant senior

Le consultant expérimenté, qu'on doit payer une blinde:

— Le problème, c'est que ça va causer des problèmes.

Soleil

Il fait beau, il fait doux. Un gros bouquet m'attendait en rentrant: nos amis de Boston qui nous ont appelés hier et à qui nous avons raconté la pluie interminable nous l'ont envoyé avec un mot: «nous avons cru comprendre que vous aviez besoin de couleurs». (Il avait quasi fallu leur interdire de venir à l'enterrement: Boston-Châlons pour trois jours, c'était une folie financière. Ils connaissaient si bien mon beau-père. Quand elle était petite, ma fille pensait que notre ami bostonien était le frère d'H. tant il était toujours présent lorsque les parents d'H. étaient là.)

Après le dîner, H. accepte (c'est une première) de venir coller avec moi. Moret regroupe cinq communes, je l'emmène sur les routes champêtres qui sentent le colza.

Nous rentrons à la nuit.

Tractage

Le passant à la jeune LFI tatouée et percée qui l'entreprend sur la situation en Palestine :

— Mademoiselle, si vous étiez en Palestine, vous seriez soit voilée, soit lapidée.

Mauvais choix

Il y a les mots épicènes (même forme au masculin et au féminin), mais comment appelle-t-on les mots qui ont la même forme au singulier et au pluriel?

Vers six heures, H. émerge de la sieste et propose d'aller au cinéma. Je n'en ai pas plus envie que ça (je suis en train de regarder la fin de The Queen Gambit et c'est très bon. Je n'avais pas osé le regarder jusqu'ici car j'aime beaucoup le livre (Le jeu de la dame) trouvé par hasard chez Gibert il y a bien longtemps), mais vu les circonstances, il faut encourager le fait qu'il exprime un désir.

Et c'est ainsi que nous nous sommes retrouvés devant Fall Guy.
Il ne faut pas.
N'y allez pas.
On est sorti au bout de trois quarts d'heure.

Nous avons alors décidé d'aller dîner au bistro du Broc à Bourron-Marlotte.
Nous nous sommes perdus, de jour, pour y aller (les petites routes de la forêt de Fontainebleau), alors que c'est à huit kilomètres de chez nous. (Il a fallu sortir Waze).
Puis nous avons tourné vingt minutes pour nous garer.
Le bistro était complet.

Nous avons atterri au Dix Sept qui fournit une cuisine de brasserie traditionnelle et honnête. Ambiance davantage bistro (tandis que le bistro est un restaurant), plus populaire, tout à fait agréable, si ce n'est la table voisine qui parlait très fort — avec l'un des convives sortis tout droit de La cage aux folles (carrure et maquillage, discours destiné à être entendu dans toute la pièce).

Se planter aussi systématiquement était finalement assez drôle.

********************

Pour mémoire, j'ai fait du feu en début d'après-midi.
Les billets et commentaires du blog Alice du fromage sont utilisables sous licence Creatives Commons : citation de la source, pas d'utilisation commerciale ni de modification.