Doux et venteux

Sortie en double avec A. Nous nous serons très peu entraînées en yolette. Je pars du principe que demain, ce sera simplement une sortie plus longue que d'habitude.
Laurence m'a dit que je ramais les épaules remontées, d'où mon look dos rond (c'est laid). Donc sortie à bien descendre les épaules, bien rapprocher les omoplates.

Repas en face, à L'anneau de Mallarmé (l'anneau où Mallarmé attachait son bateau). C'est très bon mais cher, nous payons autant le cadre que la cuisine.

Sieste comateuse. Les nuits de cinq heures de sommeil finissent par peser.

Problème de robinets

Dans la rubrique aménagement de bâtiment, autre truc et astuce: n'installez pas un robinet de lavabo ne fonctionnant qu'à la détection de mouvements.
En effet, la détection de mouvements nécessite de l'électricité. Donc si vous n'avez pas d'éléctricité, vous n'avez pas d'eau au robinet.

Picpus

Le devoir de réserve impliqué par mon contrat de travail fait que je publierai mes notes dans cinq ou dix ans. Notons simplement pour mémoire (et parce que cela peut être utile à d'autres) que les dossiers suspendus à présentation verticale demandent un intervalle entre les étagères plus grand que les dossiers suspendus réservés aux tiroirs.

Vingt minutes de vélib tranquilles entre garde de Lyon et la rue Picpus. Le boulevard Daumesnil monte jusqu'à la place Félix Eboué puis descend en pente douce. Peu de circulation à sept heures et demie.

A midi, j'ai repéré une quincaillerie (j'adore les quincailleries) et une salle de sport vraiment proche. Le soir en rentrant j'achète un pinceau pour coller (à force de donner les miens je n'en ai plus) et je vais voir la salle. Elle est petite, sympa, elle a des fenêtres, elle n'est pas peinte en noir (ouf!). Je pense que je vais l'adopter, même s'ils me préviennent que le rameur Concept va être remplacé en juin (on verra bien).

J'emprunte beaucoup par curiosité un peu par erreur la petite ceinture: je pensais que c'était la coulée verte.
Je prends un velib et retourne gare de Lyon.

Sinon il y a lui qui lisait L'adolescent de Dostoievski à la table voisine à midi.

Jeune homme lisant Dostoievski en terrasse


Flottements

Les ordinateurs, le wifi, tout est débanché. Il n'y a plus rien à faire. Je pars.

Je teste la salle boulevard Diderot. Elle est très mal notée sur Google, avec raison: sur six ergomètres, quatre sont en panne et un cinquième a reçu un choc qui déforme son rail et lui fait faire un bruit parasite à chaque aller-et-retour.

J'effectue malgré tout ma séance (je suis le programme donné par vincent il y a maintenant trois ans) mais je ne reviendrai pas. Retourner à Vincennes? Ou accepter les ergos nouveau look de Nation? Dans tous les cas, je crois qu'il va falloir que je me lève une demi-heure plus tôt pour compenser les temps de trajet.
C'est la première séance depuis le 8 avril et mes résultats sont plutôt lamentables. Je manque de concentration.

Il est six heures et quart, je n'ai plus de jambes, H. me donne rendez-vous dans une heure. Je suis lentement les vitrines de l'avenue Daumesnil, des tableaux me plaisent, je suis heureuse de revenir dans Paris. Je tourne dans la rue Traversière. Que faire pendant une heure? Je décide d'entrer dans l'église, une entrée si discrète que je me demande si ce n'est pas un temple protestant.

C'est une chapelle à l'arrière de la nef. Des gens psalmodient, c'est un rosaire il me semble. Dans ce petit espace, nous sommes nombreux. Je m'assoie, je m'associe machinalement, je me décharge de mes pensées, de mes soucis.
Une messe commence. Je reste, entrant dans une transe proche du sommeil durant le sermon. Ce sera cela aussi, Paris, la possibilité de trouver des messes à toute heure.
Plus tard je fais le tour de l'église. C'est St Antoine des Quinze Vingts. Une recherche Google m'apprend qu'une importante communauté portugaise doit vivre là puisqu'il y a des messes dans cette langue. Ou les Portugais de Paris se déplacent pour venir ici.

Dîner chez Gemma. (Si vous aimez le goût d'amande amère, je recommande le cocktail «Like a porn star Martini»). C'est le premier retour à Paris d'H. depuis son covid et il est lessivé.
Ligne R 20h46. Son épuisement ne l'empêchera pas de se connecter à Top chef dès son arrivée à la maison. :D

Alignement des planètes

Au sens propre : je découvre cela ce matin dans le RER sur le compte de Lagadec:

Saturne Mars Vénus Jupiter alignées au-dessus  de Sydney


C'est juste fabuleux. Au début j'avais lu trop vite et pensé «une étoile de plus dans l'alignement de la ceinture d'Orion». Ce n'est qu'en lisant les noms que j'ai pris conscience qu'il s'agissait de planètes.

Déménagement : déménageurs très efficaces. A deux ils ont annoté et mis en cartons la quasi-totalité de notre bazar. Ils ne font pas de rotation; ils chargent tout aujourd'hui et demain et déchargent après-demain.
Panique concernant les locaux de destination: l'électricité ne sera pas mise en route avant mardi ou mercredi prochain (le compteur est là mais l'abonnement n'a pas pris effet), donc pas de chauffage et pas d'internet (heureusement qu'il y a le télétravail). Pas d'ascenseur non plus car pas de contrat de maintenance (c'est gênant pour les déménageurs).

Sport: je suis passée à Nation: belle salle, commentaires dithyrambiques sur Google, mais pas l'ergo que je veux. Je me suis inscrite à celle du boulevard Diderot. J'essaierai d'y passer demain.

Politique: Mélenchon a commis une affiche «Mélenchon premier ministre». Je me demande où il va la coller, comment cela va être accueilli par les candidats recevant l'investiture de LFI. Affiche destinée à l'affichage sauvage?

Soirée: Masu à Fontainebleau. Nous sommes ivres de fatigue.

Paper cuts

Levée à cinq heures vingt mais aucune envie (aucun ressort) de me presser. Je fais la vaisselle en écoutant la radio (les auditeurs de RTL expliquent leur vote), pars à la gare en voiture (quand je suis à l'heure je prends le bus), laisse délibérément passer mon train, prends mon café avec Toufik. Je lui suis reconnaissante de ne pas parler politique. A cette heure matinale, la plupart de ses clients sont mélenchonistes. Ils me regardent dubitatifs, avec une gêne imperceptible: ils me connaissaient avant la campagne, Toufik est amical (il l'est avec tout le monde, mais nous avons des conversations de fond — trois minutes avant de prendre le train), il leur faut choisir entre leur détestation théorique et leur jugement pragmatique.

Aujourd'hui c'est étiquettes et planification: nous déménageons durant trois jours. Je me rends compte que ce que j'avais fait avant mes vacances est faux, les étagères comptées pour trois mètres en font un cinquante (deux armoires côte à côte), il faut tout recommencer. Je ne sais pas comment tout cela va tenir dans les nouveaux locaux, tout est un peu laid, un peu de guingois, les boîtes d'archive de récupération ne sont pas toutes identiques, je m'agace devant des dossiers suspendus qui auraient dû être changés depuis longtemps; demain ils vont se vider à la première manipulation. Comment peut-on associer autant de dévouement dans ses fonctions à aussi peu de soins, aussi peu de sens de l'initiative (ici l'initiative aurait consisté à changer un dossier sans qu'on vous le demande)? Est-ce cela l'esprit bureaucratique?
J'ai fait changer les dossiers que j'ai repérés mais je sais que demain je vais en découvrir bien d'autres. Ça va être sport.

Dernier massage thaï à midi. Cela va me manquer. Cela ne procure aucune détente musculaire, ça fait un mal de chien, mais je suis persuadée (n'est-ce pas l'essentiel?) que cela remplace ostéopathie et acupuncture. Il me semble que je parviens à somnoler au milieu des douleurs.

Les LFI viennent expliquer que Macron est mal élu. Je pose ça là pour mémoire.



Il faut cependant admettre que 58%, quand on a l'extrême-droite en face de soi, ce n'est pas beaucoup. Dans un ou deux quinquennats, ça finira par craquer. Ce qui me déprime le plus, c'est de voir des noirs ou des basanés voter Le Pen ou s'abstenir. N'ont-ils pas conscience que pour eux la vie deviendra infernale? Délit de faciès multiplié par cent et associations de défense affaiblies ou disparues.

Quant aux plus faibles, aux plus pauvres... Est-ce Zweig qui commentait: «Quelques années après l'accession d'Hitler, il n'y avait plus de chômage: les gens étaient soit en prison, soit gardiens de prison»? (C'est un vieux souvenir d'un cours d'allemand de terminale, mais je ne suis plus sûre de l'auteur de cette citation (approximative)).

Marine Tondelier, conseillère d'opposition à Hénin-Beaumont, a publié un livre, Nouvelles du Front et gagné son procès en diffamation: délation et suspicion généralisées, c'est la vie sous le RN.

Elon Musk, trumpiste et nazillon, vient de racheter Twitter. Il veut supprimer la censure. Je pense à Sa Majesté des mouches.

Le premier obstacle est passé

Restent les législatives.
Mélenchon est à fond, décidé à devenir premier ministre. Pourquoi pas? Deux ans pour couler la France, ensuite dissolution et nouvelles élections.
Il faut bien reconnaître que quoi qu'il arrive, ce n'est pas moi qui en souffrirai le plus.

Assesseur suppléante de onze heure à trois heures et demie. Ce n'est pas désagréable, juste agaçant d'avoir des idées pour améliorer le fonctionnement global (ne pas choisir un sourd pour entendre le numéro du votant: il vaut mieux que ce soit lui qui parle; signaler à tous les bureaux que la liste des procurations est trompeuse et comporte les procurations du premier tour, fournir une liste électorale au secrétaire qui vérifie les identités de façon à ce qu'il puisse corriger le numéro de votant sur les vieilles cartes) et ne rien pouvoir dire car les titulaires prennent cela comme des critiques et refusent toute suggestion.

Je ne sais pas comment m'occuper ensuite, thé et café à la maison avec Jérôme et Jean. Un mail à Ruth qui m'a écrit en février et s'inquiète de mon silence. J'ai de nouveau mal au ventre. Sieste. Hervé me réveille en hurlant «Hourra».

Nous devons aller fêter cela à Fontainebleau dans la voiture de Jérôme puisque nous sommes trois. Celui-ci est bloqué dans son bureau, le comptage a pris trois quart d'heure de retard car les feuilles de décomptes n'étaient pas les bonnes (scrutin de liste, pas les bons motifs de nuls… Je n'ai pas vraiment compris et je n'ai pas cherché puisque pas concernée). Décidément la mairie n'est pas douée.

Petits fours au théâtre de Fontainebleau (beaucoup de monde que je ne connais pas) puis bière au Grand Café entre militants circos 2 et 3 (c'est amusant de désormais visualiser le territoire en circonscriptions. C'est à cela que je sais que j'ai franchi une étape). On bitche, je découvre des anecdotes insoupçonnées sous des messages étranges apparus dans des boucles Telegram. Deux fois, je recrache ma bière de rire (proprement, dans mon verre).

Jérôme nous ramène à Moret, puis je raccompagne Isis dans son village au sud de Nemours. Je me couche à deux heures, la journée va être longue.

Reprendre souffle, retenir son souffle

Double avec A. Je ne sais quoi en dire, pas le pied mais pas si mal, pas si mal mais pas le pied. Le dilemme est qu'il va falloir du temps pour amener les rameuses à niveau et que pendant ce temps-là je vieillis: nous parviendrons peut-être un jour à avoir un beau bateau, mais je ne serai pas dedans.
A vrai dire je ne suis pas sûre que cela les intéresse de s'entraîner sérieusement. Je suis découragée.

Je rentre. Je ne tiens plus debout. J'ai mal au ventre. L'angoisse? Sieste. Blogage, j'ai tant de retard. Deux mois que je colle et tracte. Je ne sais pas tout à fait si j'ai le droit de mettre les billets en ligne à cause du "silence républicain", donc on verra lundi. Pendant ce temps-là les équipes de Mélenchon ne se gênent pas, au prétexte qu'elles ne sont pas en campagne puisque leur candidat n'est pas au second tour.

Comme toujours, les images de la participation au Québec sont impressionnantes.

Café viennois dans le micro-salon de thé à côté de chez nous.
Le soir nous avons dîné d'une très bonne viande à Fontainebleau.

Dernière soirée

Le soir à 20h30, tournée vers l'est, St-Germain-Laval, Laval-en-Brie, Salins, avec une nouvelle recrue qui nous fait découvrir de nouveaux panneaux à affichage libre. J'en profite pour noter un futur marché de producteurs locaux le premier vendredi du mois à St Germain-Laval.

Nous retrouvons à Salins une affiche des premières semaines de campagne, vers le 10 mars.

la première et la dernière affiches de la campagne Macron


Après avoir détendu notre colle en puisant de l'eau à une pompe archaïque (force fous rires), nous collons les panneaux officiels qui ont été oubliés dans cette ville. Sur la place de la mairie, un restaurant sans carte: on y vient "à l'ardoise" pour dîner de ce que le chef propose. Il faudra essayer.

A la gare de la Grande Paroisse, mairie RN, Jérôme recolle avec plaisir une affiche anti-RN à côté d'une affiche municipale qui invite à commémorer la journée de la déportation (sachant que c'est à la Grande Paroisse qu'habite Lioret, le potentiel candidat RN aux législatives (il l'a été aux départementales)).

affiche anti-RN


St Mammès pour recoller une affiche sur la mienne collée le 19 (elle a dû durer une demie-journée, je soupçonne l'un des habitants d'une péniche en face de ne pas supporter qu'on touche à "son" panneau).

Nous rentrons. Je me sens transparente de fatigue. Cela aura été une belle campagne, nous nous sommes bien amusés.

Richter

Ligne R, 19h53.
Écrits, conversations

Femme dans le train lisant Richter

Janssens, suite

Rendez-vous ce matin pour le suivi de l'expérimentation.

Apparemment le Janssens augmente les risques cardio-vasculaires dans les semaines qui suivent l'injection. En conséquence j'ai une liasse de documents à signer pour prouver que j'en ai été informée (sachant que j'ai été vaccinée il y a un an, ça m'est indifférent (quoi qu'il en soit, cela m'aurait été indifférent, sinon je n'aurais pas accepté de participer à une étude)). «Cela signifie sans doute que ce vaccin va être abandonné» me dit ma doctoresse préférée.

Nous papotons. La conversation tombe sur le débat d'hier:
— Je l'ai regardé par intermittence. Il y a une phrase que j'ai beaucoup aimée: Marine Le Pen en train de dire qu'elle réintègrerait les quinze mille infirmières. D'abord elles ne sont pas quinze mille. Ensuite beaucoup sont déjà revenues. Beaucoup ont touché leur salaire, elles ont trouvé des médecins pour des certificats de complaisance et se sont mises en maladie. Et puis surtout j'adore quand elle a dit qu'elle leur verserait le rappel de leur salaire pendant leur absence: et nous alors? je me suis dit que j'avais vraiment été con de venir bosser toutes ces semaines!

Je lui raconte ce qui a circulé sur Twitter quand les antivax ont été virés de l'hôpital, les photos de banderolles «Bon débarras» ou «Enfin!»: est-ce que c'était vrai?
— Dans le principe oui. Cela générait beaucoup de tension. Les personnes non-vaccinées étaient sur la défensive et donc agressives. C'était pénible.

Elle me raconte que la règle a été de ne pas réintégrer les non-vaccinés dans leur service d'origine: trop de tensions.
— On avait un infirmier dans les étages qui avait demandé à passer en ambulatoire. Ça arrive souvent: dans les étages on fait des gardes jour/nuit, en ambulatoire on revient sur des horaires normaux. Le poste s'était libéré, tout était prévu. Il y a une non-vaccinée qui est revenue, c'est elle qui l'a eu.
Elle soupire.

Je parle des profs, de ce milieu dans lequel j'ai grandi, de la façon dont dans un établissement chacun sait très bien qui tire au flanc, qui n'est jamais malade, qui "consomme" ses jours d'enfant malade sans égard pour les élèves à qui ça supprime des heures de cours, etc. Mais si on leur parle de rémunération au mérite… (sachant que "mérite" n'est pas le bon mot.)
— En même temps, je comprends qu'ils aient peur de dépendre d'un chef d'établissement. Mais ce n'est pas pire que le fonctionnement actuel où ils dépendent d'une hypothétique visite d'inspection, où ils sont jugés sur une heure de cours tous les trois ou quatre ans.


Puis prise de sang avec l'infirmière.
Elle trouve la veine mais le sang ne coule pas. Elle bouge un peu l'aiguille, ne comprend pas. Je ne sens absolument rien, c'en est pertubant: comme si l'aiguille était plantée dans un bras en mousse. Je suggère que l'aiguille à un défaut. «Mais non, ça n'arrive jamais.»

Elle finit par changer d'aiguille. Là encore nous papotons. Elle a entre vingt et trente ans. Nous en venons au report de voix, elle est très surprise d'apprendre que des électeurs de Mélenchon sont susceptibles de voter Le Pen.

Puisque désormais j'enregistre énormément de copies d'écran dans mon téléphone afin de conserver un maximum de documents sous la main, je lui montre le schéma de gauche dont les pourcentages sont obsolètes (je n'ai plus la date et la source de cette image) mais le principe exact.

25 avril : mise à jour. Le schéma de droite représente le report réel.

Report des voix potentiel entre les deux tours de l'élection présidentielle 2022 Report des voix au deuxième tour de l'élection présidentielle 2022


Rappel : il est possible d'ouvrir la photo dans un onglet à part en faisant un clic droit dessus. Cela permet de l'agrandir.

Guinness

Je suis au Glasgow, pub de Fontainebleau qui sert de la Guinness.
C'est ce qui m'a décidée à venir.

Nous regardons ensemble, entre militants, à l'étage privatisé, le débat Macron-Le Pen.

Ce n'est pas ma tasse de thé, je n'avais pas regardé celui de 2017, je n'avais pas l'intention de regarder celui-ci. Cela me met mal à l'aise, un grand O d'adultes qui ressemble à un combat de gladiateurs.
Je n'aime pas cela.

Je regarde à l'écran ce que je connais par cœur : l'impossibilité de se défendre contre le mensonge; le manque de séduction de la réalité (de l'expérience) face au rêve.


Deuxième pinte de Guinness.

Dans la journée, H. a passé un coup de karcher sur la terrasse en teck et j'ai commencé à la passer à l'huile de lin. Commencé, car je n'ai pas eu assez d'huile. Nous en avons commandé.
J'espère qu'il fera beau samedi afin de terminer.



Avant d'aller à Fontainebleau, passage à Vernou chez T. pour lui apporter des tracts : elle a prévu de nombreuses actions dans les deux jours qui restent et manque de matériel. Nous discutons. Elle est asiatique, peut-être chinoise.
— L'autre jour nous avons tracté à Mormant. Un homme m'a dit "je n'étais pas sûr, mais maintenant, je vais voter Le Pen, il faut faire le ménage".
J'ai honte — Cela t'affecte?
— Ça va, mais ma fille, l'autre jour, a pleuré.

J'ai honte. Mais comment m'excuser? Et pourquoi? Et au nom de quoi?

Droguée au collage

Tractage à la gare à partir de six heures et demie. Les visages sont fermés, on sent le regret de la fin d'un long week-end ensoleillé (ou plus simplement les gens en ont marre: c'est la même gare, les mêmes horaires, donc à priori les mêmes voyageurs. J'ai renoncé à me battre pour décaler les horaires, personne n'en a envie. Habitudes encrustées). Je tracte avec Samir qui est venu nous donner un coup de main de Fontainebleau. C'est vraiment une ambiance sympathique.

En partant je passe devant les panneaux de Veneux. Le collage d'affiches m'est devenu ce qu'est le barbecue-merguez-rond-point pour d'autres.
Une affiche pour chat perdu a été collée sur l'affiche anti-Le Pen, mais les quatre autres n'ont pas été vandalisées. A Thomery les affiches officielles ne sont pas encore en place. A Champagne les affichages libres sont intacts, personne n'a touché au travail de Mohammed.

Je passe à St-Mammès. Depuis que nous avons trouvé ce panneau le long du Loing, les affiches sont régulièrement vandalisées, quel que soit le candidat. J'éprouve un malin plaisir à venir coller ici à des heures différentes en variant les affiches. La dernière fois j'ai fait un test, j'ai mis une affiche anti-Le Pen en me demandant si elle aurait l'approbation du vandaliseur que je soupçonne d'être mélenchoniste (c'est St-Mammès).
Non.
Un homme rentre de ses courses, monte sur une péniche. Il m'observe un moment. Je le soupçonne d'être le vandaliseur, mais je sais que l'activité de collage rend paranoïaque («Mais il me regarde! Mais pourquoi? Je suis sûre qu'il va décoller dès que je vais partir.») Je remplace par une affiche officielle, la seule que j'ai dans la voiture. Elle ne fera pas long feu.

Je recolle près du canal à Moret (les mélenchonistes ont pris la peine de recoller bien qu'ils ne soient pas au second tour, c'est la guerre des nerfs), à la mairie à Ecuelle, le long du canal vers Episy, retour au premier jour de collage .


Macron bucolique

Je rentre. Les L. viennent chercher du matériel à dix heures et demie. Ils acceptent de prendre un café, je leur présente H. Elle est scandalisée par sa belle-fille, biélorusse (en France), qui se plaint de ce qui est fait pour les Ukrainiens (et pas pour les Biélorusses): «Je ne dis rien mais quand même, ce n'est pas sa grand-mère qui vit dans une cave avec le froid». Monsieur nous a apporté un œuf construit avec une imprimante 3D, jaune et bleu aux couleurs de l'Ukraine.
Comme toutes les personnes qui viennent d'anciens pays communistes et se souviennent de ce que c'était (donc nés dans les années 40 à 70), ils ne peuvent comprendre qu'on soit tenté par la dictature. Qu'un Français puisse envisager de voter Le Pen est pour eux un mystère. Ils ne peuvent comprendre (moi non plus, mais pour moi c'est théorique) qu'on réponde «ça ne changera rien» ou «ils sont tous pareils». Eux savent que ce n'est pas pareil. Ils ont fui leur pays.

Hier m'a laissée sur ma faim. J'ai eu l'impression d'un porte à porte bâclé, d'une durée insuffisante. Je trépigne sur place. Jérôme est pris par son activité de placement des assesseurs dans les communes, je décide de partir seule vers le nord de la circo.

Je repasse à Veneux. Quelqu'un a collé deux affiches pour vide-grenier, mais en respectant les quatre affiches du côté. L'affichette de recherche du chat a été soigneusement déplacée dans l'abribus proche. Ce ne sont donc pas les mêmes équipes qui s'occupent de Moret et de Veneux.
(17 avril collage initial, aujourd'hui 15 heures).

affichage libre pro Macron

affichage libre pro Macron


Champagne, la gare. L'une des quatre affiches a été décollée, laissant apparaître Roussel. Dessus ont été collées deux affiches pour une Messe en si qui doit se jouer à Combs-la-Ville. (Pourquoi ne pas avoir directement collé sur Macron?) Je colle autour des Lettre aux Français format A4.
Est-ce ici que j'ai récupéré dans une boîte à livres Flamme et l'étalon noir? Impossible de me souvenir. Je me vois prendre le livre, mais je ne sais absolument plus où. C'est le premier Etalon noir de mon enfance, reçu au Maroc, et à peu près incompréhensible car laissant une part à la SF, ce qui n'avait aucun sens pour mon esprit terre à terre.

Fontaine-le-Port, je colle avec fureur sur une affiche Zemmour-Maréchal repérée dimanche en skiff. Féricy, pas de place sur les panneaux et Macron est arrivé premier, inutile de perdre du temps. Sivry-Courty, les panneaux officiels sont posés contre le panneau libre; Blandy, l'affichage doit se faire avec du scotch, je n'en ai pas, je colle des A4 sur des affichettes de théâtre à la date dépassée; Moisenay, je nous fais perdre des voix en collant directement sur le panneau en bois peint soigneusement en vert (toute la peinture va partir quand ils vont vouloir décoller); Rouvray, je découvre un nouveau panneau d'affichage libre (nous n'étions jamais venus à Mormant par l'ouest); Aubepierre, sur le panneau de l'école je recouvre Pécresse d'une affiche Jam (les jeunes avec Macron).

Je visais Grandpuits, où en mars nous avions trouvé des affiches de Bardella de juin précédent. Les trois affiches près de l'église sont lepénistes mais taguées («Ta mère en slip»). Au centre de celle du centre, un Guignois a malicieusement placé une affiche pour vide-grenier. Je colle des A4 autour pour faire disparaitre la mise en pli de la blonde. Une affiche pro-Macron à droite, une affiche anti-Le Pen à gauche.
(Plus tard quand je dirai que j'ai eu l'impression de venir en aide à un résistant de l'ombre, lui assurer qu'il n'était pas seul, H. me répondra froidement: «à l'heure qu'il est, il a peut-être déjà tagué Macron "ton père en tongs"».)

Le Pen taguée à Grandpuits-Bailly-Carrois

Macron à Grandpuits-Bailly-Carrois


En passant à St-Mammès, je résiste à la pulsion de m'arrêter, je suis sûre que mon affiche du matin est détruite, pas le temps, pas le temps; Jean passe me chercher à sept heures pour aller ensemble (avec Jérôme) assister à la réunion à Melun avec Franck Riester.

C'est bien mais moins impressionnant que Bruno Le Maire il y a deux semaines. Ils sont fatigués. Nous sommes fatigués. Les Crisenoyens sont descendus en masse protester contre la construction d'une prison sur leurs terres.

La phrase qui tue

Aujourd'hui porte à porte à Montereau. Il s'agit d'aller convaincre les électeurs qui ont voté Mélenchon au premier tour par désir d'avoir un candidat de gauche au second tour de se déplacer pour aller faire barrage au Front National (bon, le Rassemblement national: ça me paraîtra toujours un faux nom).

Il y a eu débat, ville basse ou ville haute? Ville basse l'a emporté, certains ont argumenté avec logique que d'une part à Surville beaucoup n'étaient pas français, et que les autres n'étaient pas inscrits (à la louche, sur vingt mille Monterelais seuls dix mille sont inscrits).
Cependant je ne peux m'empêcher d'être déçue et de ressentir cela comme une lâcheté: je sais que certains militants ont peur, redoutent le conflit, alors que moi j'aime bien ces populations mêlées, c'est en réalité mon élément naturel. D'autre part, ce sont eux qui ont le plus à perdre: il est important qu'on le leur explique.

Rendez-vous devant la gare, des Bellifontains viennent en renfort. Nous nous répartissons, commençons à sonner. Ça se passe normalement, avec les convaincus des deux bords, les indécis hostiles et les indécis bienveillants. Je suis avec Antoine et Jean-François, comment ne pas songer aux témoins de Jéhovah? Sentiment mêlé d'exposition au monde et de ridicule. Nous me découvrons un don, celui de me faire ouvrir la porte des halls d'entrée en appuyant au hasard sur une sonnette et en parlementant d'une ou deux phrases (cela renforce ma conviction que les gens ne sont pas si méfiants).

Immeuble bas HLM, premier étage, deux portes par palier. Je sonne à gauche, un jeune homme de ma taille m'ouvre:
— Bonjour, je m'appelle Alice, nous venons pour les élections présidentielles.
— Merci, mais la politique ne m'intéresse pas.
J'insiste, parce que c'est ma conviction devant le danger lepéniste:
— Mais la politique risque de s'intéresser à vous.

Ses yeux tournent légèrement vers le haut, ses genoux plient, il s'effondre lentement, il disparaît de la porte entrebâillée et sa tête fait un poc sonore sur le carrelage.
Est-ce un étudiant comédien? Ma phrase était pompeuse, est-il en train de se ficher de moi?
J'en suis persuadée, j'ai envie de rire. Cinq secondes passent, rien ne bouge.
Je pousse la porte. Il est étendu, immobile. Sa copine arrive du fond du couloir, accourt:
— Qu'est-ce qui se passe?
— Nous étions en train de parler des élections, il s'est effondré. Vous voulez qu'on appelle les pompiers?
— Non, non, ça va aller.

Le garçon se relève, se traîne jusqu'au canapé. Il s'allonge. La copine nous pousse, referme la porte. Nous nous retrouvons sur le palier, désemparés: que vient-il de se passer?

Brèves de tractage

Tractage au marché de Montereau «Ville Basse». A priori pas un terrain favorable. Quand nous arrivons, l'équipe Le Pen qui tractait est sur le point de monter dans un énorme bus «Marine» qui va les emmener à quelques centaines de mètres à la foire. Je songe aux bus de Boris Johnson.
Place au blé. Je repère une mercerie, il faudra que je revienne.

Un marchand de vêtements d'une soixantaine d'années, bientôt à la retraite: «Marine, elle est amoureuse de Macron. Regardez, elle ne peut pas s'empêcher de parler de lui. Toutes les trois minutes, elle dit son nom. Moi je vous dis, ce n'est pas innocent, elle est amoureuse.»
Je ris d'incrédulité, de joie devant la fantaisie de la proposition: sacrés Français, toujours surprenants. Mais aussitôt, comme devant toute assertion que je commence à étudier: «et si c'était vrai?»

Un homme au visage buriné, veste militaire, moustache à la Cavanna. Un stick marqué «Eucalyptus» dépasse largement de sa poche de poitrine:
— Qu'est-ce que c'est?
— De l'encens. (Bon évidemment, il n'allait pas me répondre «Du shit». Mais c'est peut-être vraiment de l'encens.)
Je lui tends un tract. Il ressemble à un post-soixante-huitard mais l'expérience m'a appris qu'en politique, encore plus qu'ailleurs, il ne faut pas se fier aux apparences. Il le prend:
— Oui je vais voter Macron. Moi je m'en fiche, ma vie est derrière moi, s'il y a des bombes je me mettrai dans ma cave et j'attendrai. Mais pour les autres…

Une quarantenaire BCBG traverse l'espace en marchant vite. Je la rattrappe et lui tend un tract:
— Oh moi je vais voter pour faire barrage.
— C'est bien.
— Barrage à Macron, bien sûr!
Je ris, je me suis fait avoir: — J'espère que vous parlez russe!

N'empêche, comment administre-t-on une ville à 47% pour Mélenchon, 21% pour Le Pen et 16% pour Macron? Sans doute qu'avec la moitié de la population non inscrite et un tiers à la moitié d'abstention, c'est la population qui ne s'exprime pas qui maintient la possibilité de vivre ensemble.

Nous nous faisons apostropher par un jeune gars au profil Gilet Jaune: «Macron est un suppôt de Satan!» Il marmonne, on entend «… satanique…»
Il a l'air très remonté.

De loin, j'entends une algarade devant la boulangerie, un type a traité Macron de juif pédé, un homme lui a interdit de parler ainsi devant son fils.

Dans l'ensemble c'est bon enfant, souriant ou indifférent. Au moment de ranger notre matériel dans la voiture, un homme et sa petite fille passent sur le trottoir. Il accepte un tract avec empressement, ce qui fait que je lui demande: «vous voulez une affiche?»
Il repart avec une affiche «la jeunesse avec Macron».


Je photographie le mur d'un café.

publicité pour le brie de Montereau


Quelques jours plus tard j'interroge Toufik en prenant mon café. Je lui montre la photo.
— Ah mais c'est chez le Chinois! Il a racheté le café et il a gardé la publicité. Mais c'est vieux ça, c'est très vieux, ça a au moins dix ans.
(Dix ans, très vieux ? (précision: Toufik a deux ans de moins que moi)).

Je ne comprends pas le slogan: veut-il dire que le brie de Montereau est si bon que Napoléon serait resté sur place sans aller à Fontainebleau, ou qu'il est si bon que Napoléon se serait battu jusqu'au bout sans jamais se rendre?
Les deux, me répond Toufik. «C'est Jégo, quand il était maire de Montereau. Il a voulu relancer le brie de Montereau, mais finalement, ça n'a pas marché. Ça a fait pschitt.»
Les billets et commentaires du blog Alice du fromage sont utilisables sous licence Creatives Commons : citation de la source, pas d'utilisation commerciale ni de modification.